dimanche , 29 novembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Automobile et électroménager</span>:<br><span style='color:red;'>Ferhat Ait Ali clarifie et rassure les investisseurs</span>

Automobile et électroménager:
Ferhat Ait Ali clarifie et rassure les investisseurs

Le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham a révélé qu’un total de 133 demandes d’agréments pour l’importation de tous types de véhicules neufs a été déposé au niveau de son ministère depuis l’entrée en vigueur du nouveau cahier des charges de l’industrie automobile.

En visite mardi dans la wilaya de Tizi-Ouzou, le ministre explique que ces demandes seront «toutes étudiées et ces opérateurs auront leurs réponses dans un délai de 30 jours». « Après l’arrêt de l’activité d’assemblage, il fallait alimenter le marché national en attendant que des investisseurs sérieux émergent d’où la décision d’ouvrir le marché à l’importation de véhicules neufs », a-t-il expliqué. Ainsi, une fois les autorisations délivrées par son département, le ministre a expliqué qu’il relève des prérogatives du ministère du Commerce de «veiller à ce que les clauses du cahier des charges soient respectées».
Quiconque répond aux conditions contenues dans le cahier des charges, indique le ministre, aura son agrément, tout en précisant que celles-ci, «ne sont ni difficiles, ni draconiennes, mais constituent un strict minimum exigible pour tout opérateur et garantissant la protection du client, qui constitue le maillon faible de cette chaine». A titre d’exemple, il citera, l’«obligation de disposer de services après-vente et la mise à disposition du produit commandé 07 jours après le payement du montant intégral par le client, soulignant que l’Etat vise à atteindre les standards internationaux pour ce genre d’activités, préserver le client et aussi les réserves de change du pays».
S’agissant de l’article de loi relatif à l’importation de véhicules de moins trois ans d’âge, le ministre a indiqué que celui-ci «n’a pas été abrogé mais gelé» jusqu’à nouvel ordre, rappelant qu’il y a eu « beaucoup de problèmes par le passé avec ce genre de véhicules». Par ailleurs, le ministre de l’Industrie a indiqué que le cahier des charges devant régir l’industrie électronique et électroménager sera soumis courant de la semaine prochaine au gouvernement et publié au Journal officiel au plus tard, la mi-octobre en cours. «Ce texte réglementaire a nécessité un volet technique plus poussé que les autres filières, notamment à cause des taux d’intégration qui diffèrent d’un segment à l’autre de cette filière», a-t-il précisé et d’ajouter «les taux d’intégration dans le froid, le matériel de cuisine ou les radiateurs n’étant pas les mêmes, il fallait étudier un barème pour ne pas exiger l’impossible au niveau international, d’un côté, et ne pas être permissif d’un autre».
Dans ce sens, le ministre a fait savoir que le gouvernement est décidé à encourager le tissu économique national, public ou privé, qui s’inscrit dans le cadre des politiques publiques d’investissement. M. Ait Ali a souligné que l’Etat est favorable à toute entreprise de partenariat, qu’ils soient public-privé ou nationaux-étranger, et qui garantit un seuil d’intégration.
Noreddine Oumessaoud