mardi , 19 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>ASM ORAN</span>:<br><span style='color:red;'>Fin de mission pour l’entraîneur Laoufi</span>

ASM ORAN:
Fin de mission pour l’entraîneur Laoufi

La direction de l’ASM Oran a mis fin aux fonctions de son entraîneur Salem Laoufi après seulement une dizaine de jours de sa nomination à la tête de la barre technique de cette formation de Ligue 2 de football, a-t-on appris samedi de cette dernière.

Cette décision est motivée par l’absence prolongée des entraînements du technicien oranais, obligeant le président de l’ASMO, Merouane Beghor, à mettre un terme prématuré à la relation de collaboration entre les deux parties, a précisé la même source. Jeudi passé, Laoufi avait déclaré à l’APS qu’il comptait claquer la porte en raison «des conditions très difficiles dans lesquelles travaille l’équipe», a-t-il dit. Avant deux semaines du coup d’envoi de la nouvelle édition du championnat du deuxième palier, la direction de l’ASMO, dont l’équipe a commencé tardivement ses préparatifs d’intersaison, s’est à nouveau lancée à la recherche d’un nouveau coach. Le nom de l’ex-driver du voisin, le MC Oran, Fouad Bouazza, est évoqué avec insistance dans les milieux de la formation de M’dina J’dida. Par ailleurs, le deuxième club phare de la capitale de l’Ouest devrait bénéficier «ces jours-ci» d’une subvention de la part de la direction locale de la jeunesse et des sports (DJS), après l’entrevue que vient d’avoir son président avec le premier responsable de la DJS, a-t-on indiqué de même source. Outre cette aide financière devant constituer une véritable bouffée d’oxygène pour l’ASMO qui est confrontée à une crise financière aiguë, la DJS s’est engagée aussi à prendre en charge le stage d’intersaison des «Vert et Blanc», exactement comme c’est le cas pour le MCO actuellement en regroupement à Chlef, souligne-t-on encore. L’ASMO, reléguée en Ligue 2 à l’issue de l’exercice 2015-2016, est toujours interdite de recrutement. Sa direction devra s’acquitter de la somme de 31 millions DA pour lever cette mesure décidée par la Chambre nationale de résolution des litiges (CNRL), rappelle-t-on. Et comme un malheur ne vient jamais seul, l’effectif de l’équipe fanion a connu le départ de plusieurs joueurs cadres, obligeant les dirigeants à promouvoir de nombreux éléments de l’équipe réserve.