samedi , 5 décembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>MCO  </span>:<br><span style='color:red;'>Fortunes diverses et un été chaud pour El Hamri</span>

MCO  :
Fortunes diverses et un été chaud pour El Hamri

Les salaires impayés des joueurs cumulés depuis sept mois, donnent le tournis aux responsables du club d’El Hamri. En effet, les dirigeants font face à cet épineux problème et n’arrivent pas à trouver des solutions. Ils veulent régler ce problème pour préparer dans la quiétude le mercato estival en prévision de la nouvelle saison et surtout, pour éviter aux joueurs de saisir la CRL.

On compte bien sûr cibler de prime abord, les joueurs qui sont grassement payés en fin de contrat pour négociations. Certains éléments seront appelés à baisser leurs salaires. S’ils acceptent cette option, ils seront maintenus parmi l’effectif de la prochaine saison. Le plus important est de penser à payer les joueurs. Mais pour l’heure, la direction du club n’a pas les moyens pour pouvoir parler finances. On attend désormais, une bouffée d’oxygène de la part de la société Hyproc, qui aurait promis, nous apprend-on, une aide financière incessamment. Même si on ne connait pas le montant de cette aide, on compte entamer le paiement des joueurs dès le renflouement des caisses et ce, à hauteur de deux mensualités.
Cherif El Ouazzani s’est rendu au siège de la société Hyproc où il a été accueilli par les responsables de cette filiale de la Sonatrach. Le DG du MCO s’est montré satisfait de la compréhension des responsables d’Hyproc qui ont assuré et promis une aide conséquente immédiatement, en attendant d’autres aides. Les responsables Hamraoui doivent néanmoins justifier les dépenses. Le Mouloudia d’Oran, il faut le dire, se trouve aujourd’hui confronté à de multiples problèmes, notamment financiers, sans compter les divisions et les guerres internes à distance qui minent le club.
Des dossiers chauds et la pandémie du coronavirus n’est pas en reste. Face aux nombreux tirs croisés, Cherif El Ouazzani devait animer un point de presse pour expliquer la situation du club et pour répondre aux accusations de l’ancien président Belhadj, ainsi que pour interpeller ceux lui mettant les bâtons dans les roues. Mais sagement il a préféré annuler la conférence pour ne pas entrer dans des conflits sans fin avec ses détracteurs et surtout, pour ne pas semer la division au sein de la bâtisse du club phare de la ville d’Oran.
De leur côté, les supporters ne comprennent pas ce qui arrive à leur club favori et sont désemparés par certains comportements de certains qui se disent enfants du club et qui ne font que jeter de l’huile sur le feu. A l’ombre de tout cela, l’anniversaire du club pour ses 74 ans d’existence, est passé inaperçu au grand dam de la famille d’El Hamri.
B.Sadek