dimanche , 25 octobre 2020

...:
Gare au relâchement !

Les bilans quotidiens de la contamination par le coronavirus en Algérie, font état d’une hausse régulière, ces derniers jours. La régularité de ces augmentations ne peut être attribuée au hasard ou à un petit rebond conjoncturel. Même si les experts du Conseil scientifique chargé de suivre la progression de la pandémie n’affichent pas une grande inquiétude, au vu de la nature de la courbe haussière, il ne n’en reste pas moins que de jour en jour, il y a de plus en plus d’Algériens qui contractent la maladie. Et comme personne ne peut prédire l’évolution de la courbe des contaminations, les épidémiologistes préconisent la prudence et appellent les Algériens à revenir à un comportement responsable qui prend en compte les fameux gestes barrière et le port systématiques des masques en public.
Avec l’avènement prochain de la rentrée scolaire, il y a un véritable risque d’un sérieux rebond des contaminations, voire une seconde vague, peut être plus meurtrière que la première, préviennent les médecins. Le propos n’est pas de faire inutilement peur aux citoyens, mais il est clairement constaté dans les structures sanitaires du pays un retour remarquable des patients atteints de Covid-19. Les médecins tirent déjà la sonnette d’alarme. Non pas que les hôpitaux sont submergés, mais l’objectif est justement d’éviter un scénario catastrophe, comme il se produit ces derniers jours dans beaucoup de pays européens et également chez nos voisins, marocains et tunisiens.
Il faut dire que si, en Algérie, on est encore loin de l’asphyxie sanitaire, c’est en raison des mesures strictes prises par les pouvoirs publics et le comportement exemplaire des Algériens. Mais gare au relâchement. Car, c’est bien de cela qu’il s’agit ces derniers jours. Il est impératif de reprendre les réflexes d’avant et de s’en tenir, notamment lors de la rentrée des classes. Ce sera un grand test pour la société et pour le pays. Si nous parvenons à passer le cap des rentrées scolaire et universitaire, sans dommage, nous aurions évité au pays un reconfinement qui sera très nuisible pour des millions de travailleurs qui perdront leurs moyens de subsistance. D’où l’extrême prudence à compter d’aujourd’hui. Cette attitude relèvera de la solidarité nationale. Et sachant l’esprit solidaire très développé en Algérie, on peut espérer sortir de la crise sanitaire avec un minimum de perte humaine. Mais encore faut-il comprendre le sens nouveau de cette solidarité à laquelle chaque Algérien appelle de ses vœux.
Par Nabil G