lundi , 12 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Dr Bekkat Berkani</span>:<br><span style='color:red;'>«Il n’y a pas de réflexion sur le retour au confinement sanitaire»</span>

Dr Bekkat Berkani:
«Il n’y a pas de réflexion sur le retour au confinement sanitaire»

L’éventualité d’un retour au confinement sanitaire n’est pas actuellement à l’ordre du jour au niveau du Comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus. C’est ce qu’a indiqué le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du Comité lors d’une interview accordée à la chaîne Ennahar TV. «Il n’existe pas actuellement une réflexion sur un éventuel retour à l’instauration d’un confinement sanitaire», a-t-il déclaré.

Pour ce qui est des variants du virus, il a affirmé que les personnes vaccinées contre le coronavirus n’ont pas été contaminées par la nouvelle forme de la Covid-19. Il a indiqué dans ce cadre que les vaccins contre le coronavirus sont efficaces contre les variants du virus, affirmant que ces derniers disposant d’une importante vitesse de propagation. Aussi, le Dr Berkani a fait savoir que les variants génèrent les mêmes symptômes que la forme originelle de la Covid-19.
Il a affirmé que selon les spécialistes, «les variants se transmettent avec une vitesse huit fois supérieure que la forme basique du coronavirus».
Le professionnel de la santé a affirmé que les vaccins acquis par l’Algérie sont efficaces contre les variants.
«Les vaccins disponibles aujourd’hui sur le marché dont celui de Pfizer, Sputnik V ou le chinois sont efficaces contre les variants», a-t-il indiqué. Pour Dr Bekkat Berkani, ce qui diffère davantage les variants de la forme initiale du coronavirus est leur importante vitesse de transmission.
«Cette caractéristique épidémiologique liée à la vitesse fait que quand une personne est touchée par le variant de la Covid-19, il y a une forte chance qu’elle contaminera rapidement son entourage», a-t-il mis en garde.
Dans ce cadre, il a fait savoir qu’au lendemain de la découverte en Algérie de deux cas du variant britannique, il a assuré qu’afin de se protéger contre les variants, des dispositions préventives ont été prises. Parmi les mesures prises, le Dr Berkani évoque la décision de la suspension des vols aériens à destination de l’Algérie, et ce, durant la période allant du 1er au 31 mars pour éviter la propagation des variants.
L’intervenant a mis en avant la nécessité de continuer à appliquer les gestes barrières en dépit de la baisse du nombre des contaminations.
«Ces derniers temps, un relâchement en matière d’application de mesures de prévention et de protection anti-Covid-19 a été constaté», a-t-il déploré, soulignant l’absence de distanciation physique et du port de masques.
«Le relâchement est une erreur, parce que le virus attend l’absence de mesures de prévention pour se propager en toute facilité», a-t-il mis en garde, affirmant que la vigilance quant à la protection doit être de mise.
Il est à rappeler par ailleurs que l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a indiqué dans un communiqué publié jeudi soir que deux cas du variant britannique du coronavirus (Covid-19) ont été détectés en Algérie.
Sur sa page Facebook, l’organisme a écrit que «l’Institut Pasteur d’Algérie a détecté sur des PCR positives, datées du 19 février 2021, deux variants britanniques portant les mutations N501Y et D614G avec délétion des positions 69-79, qui sont des signatures génétiques de ce variant (Détecté pour la première fois le 20 septembre 2020 dans la ville de Kent en Grande Bretagne».
Il a précisé que «ces deux souches mutantes ont été détectées chez un membre du personnel de santé de l’EHS de Psychiatrie de Cheraga (isolé actuellement) et chez un immigré venant de France pour l’enterrement de son père».
Ainsi, selon l’Institut Pasteur, «des alertes ont eu lieu auparavant (notamment au CHU Beni Messous et récemment à l’EPH Zmirli) et dont les résultats de la recherche des quatre variants (de Grande Bretagne, d’Afrique du Sud, du Brésil et du Japon) ont été négatifs (souche classique)».
«Sur le plan épidémiologique, l’Algérie a enregistré ces dernières semaines une certaine stabilité du nombre de cas de contamination par le coronavirus Covid-19», a constaté l’Institut.
Enfin, l’IPA a rappelé que «la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire sont les meilleurs garants du maintien de la stabilité enregistrée actuellement».
Samir Hamiche