vendredi , 18 juin 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Slimani Sidi Ahmed entraîneur de l’Usmba à Ouest Tribune</span>:<br><span style='color:red;'>«J’ai trouvé des joueurs orphelins et le maintien est jouable»</span>

Slimani Sidi Ahmed entraîneur de l’Usmba à Ouest Tribune:
«J’ai trouvé des joueurs orphelins et le maintien est jouable»

L’enfant de la ville d’Ouled Mimoune (w. Tlemcen), Slimani Sidi Ahmed, connait très bien la maison du club phare de la Mekerra pour avoir porté ses couleurs dans les années 1980 et entraîné plusieurs fois avec son récent exploit du maintient en ligue1 il y a moins de deux ans. Nous l’avons sollicité avant-hier pour une interview juste après la séance d’entraînement de dimanche matin. Suivons-le :

Ouest Tribune : Quel bilan portez-vous de votre équipe après ces trois semaines de travail?
Slimani Sid Ahmed: La situation était critique sur le plan financier et moral. J’ai personnellement découvert des joueurs de talents mais orphelins si j’ose dire. Défaut de dirigeants et d’argent et une équipe livrée à elle même. Il fallait mettre de l’ordre avec le retour du président Hennani.

O. T : En parlant de l’ordre, quel a été le chantier de travail de Slimani ?
S. A : D’abord, structurer l’équipe car n’importe qui pouvait s’ingérer dans les affaires du club et cela devait être stoppé net. Maintenant, je travaille avec des dirigeants comme Hennani et Mokaddes et mes collaborateurs à la barre technique tel Ouala Samir et Hamek Baghdad. Puis, le volet financier devait être au moins réglé partiellement. Je m’explique : si mes joueurs réalisent des résultats positifs et sans salaires, il faut au moins régler leurs primes de matchs afin de les motiver et leur permettre de gagner de l’argent car après tout, ils ont des familles en charge.

O. T : Sans compliment, nous constatons une ambiance bon enfant alors que c’était au chaos qu’on assistait depuis le début du championnat. Le secret de Slimani ?
S. A : Je l’ai dit, ce sont des joueurs de talent qui viennent des équipes de la division une et possèdent de l’expérience. Le savoir faire est un secret car ma méthode est simple, créer une atmosphère familiale au sein du groupe et après, le travail suivra positivement.

O. T : Avez-vous planifié un programme pour le volet physique suite à la longue grève des joueurs ?
S. A : Pas du tout car mes protégés sont conscients de la mission qui les attend. Il ne faut surtout pas programmer des stages ou des regroupements en cette période de fin de saison car c’est un suicide. N’empêche, j’ai décidé du biquotidien avec cette trêve internationale afin de permettre de toucher les volets et physique et tactique. Je ne me fais pas de souci de ce côté là.

O. T : Dernière question coach : Vous croyez dans le maintien en élite ?
S. A : Je vous dirai encore plus car on mise sur l’amélioration de notre classement et pourquoi pas réaliser une place dans la première moitié du classement. Avant cela, il faut négocier nos matchs un par un en commençant par celui de l’ASO à domicile. Que tout le monde s’unisse autour du club pour l’intérêt d’El Khadra et vous verrez le résultat dans un futur proche.

M. Bekkar