vendredi , 25 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>USMBA</span>:<br><span style='color:red;'>La blague de la participation en coupe arabe</span>
© D.R

USMBA:
La blague de la participation en coupe arabe

Ce qui se passe au niveau du club phare de la Mekerra reste désolant sur plusieurs points. La première bévue est bien sûr, cette historique et humiliante défaite à domicile, de cinq buts à deux, face au voisin du MC Oran.

Un revers dur à digérer, surtout que l’équipe de la Mekerra ne s’est pas bien préparée pour ce derby, en acceptant des invitations dans des salles de fêtes, au lieu de se concentrer sur le match. Des invitations qui viennent de partout, de la part des gens en quête de célébrité, dés que l’équipe est sur la bonne voie.
Cette déstabilisation nous rappelle, celle de la saison passée, juste avant le match de demi finale contre le CR Belouizdad, quant l’équipe accepta une cérémonie organisée par une fausse association, qui porte le contraire du mot Chagrin.
Et c’est vrai, que cette bande de ‘vieux’ n’a engendré, que du chagrin pour toute une ville, depuis des décennies, et se comportent aujourd’hui en samaritains.
Mais là ou le bas blesse, c’est presque l’absence totale des dirigeants.
On assiste à une équipe presque livrée à elle même. C’est donc l’entraineur, Chérif El Ouazzani Sid Tahar, qui paye les pots cassés avec ses joueurs. Ces derniers ont été la semaine passée, marqués de ‘traitres’ en créant la polémique, de lever le pied face au MCO, à l’instar du gardien Nadjib Ghoul. C’est honteux de pointer du doigt un gardien de la trempe de Ghoul, qui à chaque rencontre, sauve son équipe sur de belles parades.
sont ces gens, qui propagent ce genre d’accusations arbitraires ? Pourquoi ne pas laisser l’équipe travailler en toute quiétude. Comment combiner un match, alors que son équipe n’a pas assuré son maintien en Ligue Une ? La plus récente blague est cette ‘Une’ d’un journal, faisant part de la future participation de l’USMBA en coupe arabe. Un pur mensonge, qui a beaucoup servi à déstabiliser le club.

B. Didéne