dimanche , 26 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Le taux de participation national est de 30,20 %</span>:<br><span style='color:red;'>La longue attente</span>

Le taux de participation national est de 30,20 %:
La longue attente

Certainement conscient des attentes citoyennes, le président de l’Autorité a affirmé que l’ANIE «ne ménagera aucun effort pour réduire cette durée (96 heures) dans la mesure du possible, ce à quoi aspirent les électeurs et les candidats en particulier», a-t-il ajouté, relevant «la mobilisation des moyens de l’Armée nationale populaire (ANP) pour la remise des procès-verbaux dans les plus brefs délais».

Le rideau est tombé, avant-hier tard dans la soirée, sur les élections législatives. Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi a fait lecture des premiers résultats relatifs au taux de participation. Considérée comme une donne secondaire par le président de la République qui reconnaît à tout citoyen le droit à l’abstention, la participation a été plutôt faible et plafonnée à 30,20 % au niveau national. Ce taux consiste une moyenne entre des niveau de participation supérieur à 50 % et d’autres inférieur à 22 %. Sur le sujet, Mohamed Charfi a précisé que 6 wilayas ont enregistré un taux de participation de plus de 50 % dont deux wilayas ayant dépassé 74 %, alors que 3 wilayas ont connu un taux allant entre 40 et 50 % et 14 autres entre 30 et 40%. Il a été également enregistré un taux dépassant les 25 % au niveau de 5 wilayas et un taux entre 20 et 25 % dans 7 wilayas. Les statistiques de l’ANIE font également état du fait que 22 wilayas ont enregistré une participation de plus de 100.000 votants. Il convient de préciser, comme le souligne d’ailleurs le président de l’ANIE, ces taux restent «provisoires» en attendant plus de détails sur le déroulement de l’opération électorale qui seront donnés ultérieurement.
Ces premiers chiffres du scrutin apporte un aperçu sur la mobilisation des électeurs. Il reste à déterminer le poids de chaque formation politique et liste indépendante dans la socle électoral qui s’est exprimé avant-hier. Il va falloir attendre quelques 96 heures, comme le stipule la loi pour connaître la coloration politico-idéologique de l’APN. En attendant, M. Charfi a expliqué que le nouveau système de dépouillement «s’effectuera sur deux étapes, la première s’effectuera en fonction des listes et du nombre de sièges remportés par chaque liste, la deuxième concernera la révision de chaque bulletin ainsi que le calcul des points obtenus par le candidat selon les voix des citoyens». Cela renvoie à la complexité de l’opération qui exige donc du temps.
De fait, «l’annonce des résultats prendra plus de temps, car la réception des procès de dépouillement dure entre 3 et 4 jours, c’est pourquoi les résultats des législatives peuvent ne pas être annoncés avant les 96h», comme d’ailleurs souligné par la loi organique des élections. Certainement conscient des attentes citoyennes, le président de l’Autorité a affirmé que l’ANIE «ne ménagera aucun effort pour réduire cette durée (96 heures) dans la mesure du possible, ce à quoi aspirent les électeurs et les candidats en particulier», a-t-il ajouté, relevant «la mobilisation des moyens de l’Armée nationale populaire (ANP) pour la remise des procès-verbaux dans les plus brefs délais».
Sur le déroulement de l’opération électorale, le président de l’ANIE a affirmé qu’elle s’est déroulée dans de bonnes conditions. «Les électeurs ont pu accomplir leur devoir électoral pour choisir les candidats aptes à servir l’Algérie et non pas les intérêts personnels», a-t-il indiqué. S’agissant des contraventions relevées par les coordonnateurs de l’ANIE durant l’opération électorale , M. Charfi a indiqué que «rien à signaler, à l’exception d’un ou deux cas liés à l’atteinte aux droits des candidats, sur lesquels la justice tranchera».
Avec cette troisième expérience en moins de deux ans, l’ANIE capitalise en maîtrise du processus électoral et démontre, encore une fois, l’absence de manipulation des voix des électeurs. La confiance que gagnera l’Autorité auprès de l’opinion nationale et de la classe politique est déterminante dans le succès de l’édification démocratique des institutions de la République. Il faut dire que le taux des législatives d’avant-hier montre que le chemin demeure encore long…
Yahia Bourit