mercredi , 25 novembre 2020

:
La nouvelle bataille des soldats blancs

Le ministre de la Santé, Pr. Abderrahmane Benbouzid, a apporté beaucoup de quiétude parmi les Algériens, en annonçant un retour à la normale dans les hôpitaux du pays. Ces infrastructures sanitaires, dont beaucoup ont été exclusivement dédiées à traiter les malades du Covid-19, devraient incessamment reprendre le travail. Cela se fera progressivement, bien entendu, mais il est objectivement admis, qu’à terme, l’ensemble des services hospitaliers rouvriront à tous les autres malades. On retiendra dans l’intervention du ministre de la Santé, un rappel important se rapportant au fait que plusieurs patients dont des cas urgents ont été impactés à cause de l’arrêt du travail dans certains services médicaux. On aura donc deviné que les professionnels de la santé qui ont fait face au Covid-19 avec courage et abnégation, devront affronter une autre vague tout aussi « envahissante ». Et pour cause, il suffit de s’arrêter un peu sur le nombre de malades chroniques que compte le pays pour apprécier l’énorme charge qui attend les professeurs, les médecins, les infirmiers du système national de santé. Il ne s’agit pas là de prévoir un cataclysme, mais il est clair qu’après l’épreuve du Covid-19 qui mit à mal ledit système de santé, le prochain afflux dans les hôpitaux constitue lui aussi, un autre examen de passage pour une Santé qu’on présente comme malade elle-même de ses contradictions.
Même si le ministre a bien insisté sur le fait que la situation actuelle après deux mois passés, «commence à s’améliorer» grâce au respect des instructions préventives et aux efforts des experts au niveau du comité scientifique de suivi de l’évolution du Covid-19, il n’est certainement pas sans ignorer que la partie ne sera pas aisée. Disons-le donc franchement, le système national de santé n’est pas sorti de l’auberge avec la fin «presque annoncée» de l’épidémie. Le personnel qui le compose est appelé à jouer «la seconde mi-temps.»
C’est dire que le travail ne sera ni aisé, ni plaisant pour des dizaines de milliers d’Algériens qui méritent amplement la reconnaissance et le soutien de la nation. Cela pour dire qu’au moment où beaucoup de citoyens peuvent souffler et pourquoi pas reprendre une vie presque normale dans les prochaines semaines, le personnel de la Santé devra fournir beaucoup d’efforts encore pour traiter les dizaines de milliers de cas qui vont déferler sur les structures de santé.
Par Nabil.G