mercredi , 2 décembre 2020

...:
La politique du fait accompli

A peine installé dans ses nouvelles fonctions de Premier ministre, que voilà l’Israélien Benjamin Netanyahu qui ouvre son mandat par une autre provocation qui n’augure rien de bon pour la suite des événements. «Il est temps, dira-t-il face au Knesset, d’annexer des pans de la Cisjordanie occupée. Voici la vérité: Ces territoires sont là où le peuple juif est né et s’est développé ».
Cet homme qui a les mains entachés du sang de milliers d’enfants et de femmes palestiniens ne compte pas s’arrêter là et menace de recourir à une épuration raciale des plus hideuse qu’a connue le monde contemporain, car son but suprême est des plus clair : Rayer la Palestine de la carte et instaurer un seul Etat. L’Etat juif. Nous sommes face à un nouvel apartheid qui se dessine dans le silence de la communauté internationale et la bénédiction outrageuse de l’administration américaine.
Netanyahu n’aurait jamais osé de telles provocations et dépassements s’il ne savait pas qu’à la Maison Blanche réside un homme qui lui a donné carte blanche pour se permettre toutes les incartades. Jamais le parapluie américain ne s’est ouvert à ce point pour couvrir un Premier ministre israélien comme le Fait Donald Trump avec Benjamin Netanyahu.
Le fameux « deal du siècle » promis par, Jared Kushner, le gendre du président américain n’avait en réalité d’autre fin que celle à laquelle nous sommes en train d’assister
aujourd’hui ; liquider la cause palestinienne et imposer l’idée d’un seul Etat qui est l’Etat juif. Le sioniste Netanyahu se sait les mains libres pour mener jusqu’au bout sa politique raciale qui n’a rien à envier au nazisme d’un certain Adolf Hitler.
Et face à cela, c’est le néant total. Presque personne n’ose élever la voix pour arrêter cette politique belliqueuse. Et surtout pas les pays arabes dont beaucoup ont fait le choix de se réfugier sous ce qui reste d’espace du parapluie américain et de tourner le dos à la cause palestinienne dans l’une des plus grandes traîtrises de l’histoire du monde arabe.
Il faut dire que les Arabes sont trop occupés à régler leur compte entre eux et ne se cachent plus pour trouver en l’Etat sioniste l’allié qu’ils cherchent contre justement leurs frères arabes. Les conflits syrien, yéménite et même libyen sont là pour nous le rappeler à chaque massacre.
Liquidation de la cause palestinienne, annexion du Golan, Israël se permet tout et n’hésite pas à tirer profit et de la faiblesse des Arabes, de la pandémie du coronavirus et des conflits dans la région. Une politique juive par excellence encouragée par le silence assourdissant et complice de la communauté internationale qui préfère regarder ailleurs.
Par Abdelmadjid Blidi