samedi , 27 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>JAJ-2018 </span>:<br><span style='color:red;'>La raffa algérienne confirme sa suprématie continentale</span>
© D.R

JAJ-2018 :
La raffa algérienne confirme sa suprématie continentale

La discipline de raffa a confirmé, lors des 3es Jeux africains de la jeunesse (JAJ-2018) clôturés samedi en soirée au stade du 5-juillet (Alger), sa suprématie sur le plan continental, avec une «nette» domination sur le Maroc et la Tunisie, entre autres.

La belle prestation de l’équipe nationale a permis de récolter un total de  26 médailles (7 or, 11 argent et 8 bronze) en sports de boules (raffa,  pétanque et lyonnaise), soit la 3e position au tableau des médailles des  disciplines dans lesquelles l’Algérie s’est illustrée aux joutes  continentales, après la lutte et la gymnastique.
Outre l’Algérie, le tournoi des sports de boules qui s’est déroulé au  complexe Ahmed- Ghermoul (Alger-Centre), a enregistré la participation de  la Tunisie, du Maroc, de l’Egypte, de Maurice, de la Libye et de la RD  Congo. «Avec cette moisson, la raffa algérienne a confirmé sa suprématie en  Afrique et sa bonne dynamique, entamée depuis plusieurs années. On a des  jeunes athlètes et un bon encadrement, il nous manquait peut-être la chose  la plus importante : un terrain de niveau et surtout un revêtement en  synthétique règlementaire», a expliqué à l’APS le président de la  Fédération algérienne de rafle et billard (FARB), Mohamed-Amine Maïdi, en  faisant allusion au terrain implanté à l’occasion des JAJ à Ghermoul. Le site implanté comprenait un grand chapiteau d’une superficie de 2500 M²  et des loges pour VIP et athlètes, le tout loué pour la circonstance par le  Comité d’organisation (COJAJ), sans oublier les 2,4 milliards de centimes  de matériel acheté (boules, tapis raffa, tableaux électroniques…). «Ce lot acquis par la fédération algérienne pour la première fois dans son  histoire est le bienvenu et fera beaucoup de bien à la discipline. On avait  demandé ce matériel depuis toujours et il fallait une occasion (JAJ, ndlr)  pour réaliser ce rêve tant attendu», s’est réjoui le premier responsables  de la FARB et membre du bureau exécutif de la Confédération mondiale. Néanmoins, après la restitution du chapiteau à son propriétaire, la  fédération s’interroge  sur la domiciliation de son matériel qui doit bénéficier aux sélections  nationales, appelées à se préparer à plusieurs échéances internationales  dont les Mondiaux. «On a besoin d’une salle couverte ou semi-couverte ou tout simplement un  chapiteau, afin d’implanter ce matériel acquis à coup de millions et qui  nous permettra d’éliminer définitivement le problème de domiciliation de la  préparation de nos équipes nationales. Ce n’est pas juste de freiner l’élan  pris par ces jeunes joueurs lors des JAJ», a souhaité Maïdi.
Le site choisi pour les compétitions des sports de boules des JAJ, au  centre Ghermoul ainsi que le matériel utilisé, a attiré l’admiration même  du président de la Confédération mondiale de la raffa, le Turc Mutiu  Turkmen qui a salué l’»immense effort» des organisateurs pour mettre en  place cet édifice. Le matériel de pratique de la raffa faisait défaut à la fédération  algérienne qui se rabattait sur des pièces de rechanges, afin d’essayer de  réunir «un minimum de bonnes conditions» pour la réussite des événements. «Depuis toujours, la fédération aménageait des terrains au revêtement  artisanal (moquette au lieu du synthétique), exigé pour le lancer et le  rouler de la boule. Le tracé du terrain réglementaire est de 28 m  (longueur) et 4 m (largeur), mais le revêtement exigé et homologué par la  Confédération mondiale doit être en synthétique», a expliqué de son côté le  président de la Confédération africaine de raffa et secrétaire général de  la Confédération mondiale, l’Algérien Yacine Kafi.
 La FARB, par la voix de son président, espère que l’acquis des JAJ-2018  d’Alger en matière de matériel sportif soit préservé, lançant un appel au  ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, pour doter la  discipline d’une salle fédérale couverte où sera implanté ce matériel pour  faciliter la pratique, promettant d’offrir à l’Algérie «des satisfactions  au plus haut niveau et de donner la chance au pays d’abriter des  compétitions d’envergure d’un Championnat du monde de la spécialité». Il est à rappeler que le jeu de rafle est d’origine chinoise, mais a été  repris par les Suisses ensuite les Italiens qui ont su le développer. En  Algérie, l’idée de la création d’une Fédération algérienne de rafle remonte  à 1991. La discipline se joue dans une salle couverte et des terrains au  revêtement synthétique (28 m de largeur et 4 m de longueur), offrant de  bonnes conditions de pratique pour le lancer et le rouler de la boule  synthétique. Un terrain synthétique coûte environ 5000 euros.