mercredi , 24 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Professeur Kamel Sanhadji</span>:<br><span style='color:red;'>«La situation sanitaire urgente exige l’acquisition de plusieurs vaccins anti-Covid-19»</span>

Professeur Kamel Sanhadji:
«La situation sanitaire urgente exige l’acquisition de plusieurs vaccins anti-Covid-19»

Le directeur de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, le professeur Kamel Sanhadji a indiqué hier que la situation sanitaire urgente exige l’acquisition par l’Algérie de plusieurs vaccins contre le coronavirus.

Lors de son passage sur le Forum de la Radio nationale, il a affirmé que la conjoncture sanitaire actuelle due à la pandémie de la Covid-19 a poussé l’Algérie et plusieurs autres pays à ne pas se contenter d’un seul vaccin.
Le Pr Sanhadji a indiqué que l’agence a effectué des études scientifiques sur dix vaccins. Ces études ont été couronnées par des rapports présentés aux autorités pour faire le meilleur choix.
L’invité de la Radio a affirmé qu’il est préférable dans une situation ordinaire de choisir un seul vaccin, ce qui facilitera les opérations de l’acquisition et de stockage, ainsi que les dispositions de la logistique.
«La situation sanitaire urgente a poussé le monde à se lancer dans une course pour l’acquisition du vaccin anti-Covid-19, en plus de la forte demande de doses qui dépassent les milliards», a-t-il détaillé.
«Cette situation a exigé de l’Algérie à diversifier les vaccins», a-t-il insisté, précisant qu’il s’agit d’une bonne décision.
Dans ce cadre, le Pr Sanhadji a indiqué que, scientifiquement, les anticorps que le système immunitaire développement après la vaccination sont les mêmes quel que soit le vaccin administré.
Le responsable a assuré aussi «que l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, dans le cadre de sa mission qui consiste à garantir l’efficacité du vaccin, a effectué des études scientifiques sur dix vaccins différents».
Il a ajouté qu’un «rapport détaillé a été délivré aux autorités dans lequel les vaccins ont été classés avec un baromètre contenant huit points».
Ces huit points représentent les caractéristiques de chaque vaccin, son efficacité et toute l’opération logistique afin qu’un meilleur choix soit pris.
Il a indiqué que la commission d’experts en immunologie a lancé des études scientifiques et techniques en tenant compte des publications scientifiques certifiées.
Le Pr Sanhadji a affirmé par ailleurs que les craintes du vaccin sont plus importantes que celles du virus lui même.
L’invité du Forum de la Radio a affirmé que les opérations de sondage menées en Europe avant le début du processus de vaccination ont montré que 60% des Européens rejettent le pollinisateur, mais après l’opération, les sondages ont montré que 64% ont accueilli favorablement la vaccination, soulignant à cet égard la nécessité de bien communiquer avec les citoyens et soulignant que les vaccins contribuaient à réduire le nombre de décès dus.
Il a souligné que les maladies infectieuses ont augmenté de 50 pour cent au cours du siècle dernier.
Il est à rappeler qu’une formation des encadreurs de la campagne de vaccination contre la Covid-19, devant débuter avant fin janvier en cours, sera lancée cette semaine, a révélé dimanche dernier, à Alger, le président du Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution du Coronavirus, Dr Djamel Fourar.
«La stratégie nationale de vaccination prévoit, entre autres, la formation des encadreurs de la campagne de vaccination qui débutera cette semaine, sachant que ces formateurs seront appelés à former, à leur tour, d’autres personnes au niveau local», a précisé Dr Fourar, sur les ondes de la Chaîne II de la Radio nationale.
Samir Hamiche