lundi , 18 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Première semaine de campagne pour les Législatives du 12 juin</span>:<br><span style='color:red;'>La stabilité du pays, un thème majeur</span>

Première semaine de campagne pour les Législatives du 12 juin:
La stabilité du pays, un thème majeur

C’est en effet, l’un des maîtres-mots qui est revenu dans toutes les prises de parole des candidats des partis politiques et des listes indépendantes, durant la première semaine de la campagne électorale.

Aujourd’hui, la campagne électorale pour les élections législatives du 12 juin prochain boucle sa première semaine. La jeunesse des candidats, la proportion des listes indépendantes a apporté la double coloration nationale et locale à une activité, somme toute traditionnelle, mais qui relève d’un défi au quotidien compte tenu des enjeux, tant au plan politique que social.
Les candidats et leaders de partis ont sillonné les circonscriptions électorales en mettant les prochaines élections comme un réel paravent contre les forces de la haine et de la déstabilisation qui, à partir de capitales européennes ou regionales tentent de provoquer le chaos en Algérie.
La stabilité du pays, c’est ainsi imposée comme un thème fédérateur dans cette campagne. Pour se consolider, cette même stabilité passe forcément par une participation massive aux élections législatives.
C’est en effet, l’un des maîtres-mots qui est revenu dans toutes les prises de parole des candidats des partis politiques et des listes indépendantes, durant la première semaine de la campagne électorale.
Les leaders partisans, dont les listes de candidatures rayonnent au niveau de la totalité des wilayas du pays, n’ont eu de cesse de souligner l’importance de l’implication des citoyens dans ce rendez-vous de l’Algérie nouvelle.
Djamel Benabdeslam, président du Front de la nouvelle Algérie (FAN), a ainsi, souligné son souci «de contribuer à l’édification de la nouvelle Algérie et à la préservation de sa stabilité».
Le même sentiment anime le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaid, qui, lui, exhorte les Algériens à se mobiliser pour «faire face aux menaces et complots visant à déstabiliser le pays». Dans le même veine, le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali, insiste sur «le changement (…) inéluctable à travers une participation forte aux élections». On retiendra également le propos du président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, qui esrime que ce rendez-vous «contribuera à la construction d’une Algérie unie» et constituera une «réponse à tous ceux qui veulent porter préjudice au pays ».
L’on aura ainsi constaté la dominante de la stabilité dans les discours de chefs de partis politiques qui, en jetant toutes leur forces dans la bataille espèrent enclencher le nouveau compteur de l’Algérie, celle des Institutions et de l’Etat de droit. Et c’est dans cette logique politico-historique que le président du Mouvement El-Islah, Fillali Ghouini, estime qu’une participation massive des citoyens aux élections législatives du 12 juin, permettrait d’élire un Parlement «légitime et fort avec des jeunes nationalistes et compétents».
C’est le vœu exprimé par le FLN, pour qui, cette échéance constitue «le seul moyen qui permettra au peuple algérien d’exercer sa souveraineté et la démocratie».
Les candidats indépendants en lice pour les législatives du 12 juin tiennent les même propos et assure leur volonté d’apporter leur contribution au changement en proposant des programmes de développement dans différents secteurs, en vue d’améliorer les conditions de vie des populations.
Menasri Cheikh, un candidat sur la liste indépendante «Pour les constantes de la Nation», dans la wilaya de Tamanrasset, a dit miser sur l’investissement dans le capital humain à travers «la mise en place d’un cadre juridique et réglementaire, et la création d’établissements de formation en vue d’améliorer les rendements attendus de la ressource humaine activant au sein des institutions publiques et privées».
Pour Amina Abdelouahab, médecin spécialiste en cancérologie et candidate sur la liste indépendante «Ahrar Dzair», a indiqué que parmi les points les plus importants du programme électoral de la liste figure «la contribution à la réforme du système de santé et des prestations hospitalières», à travers la proposition d’un «système juridique approprié».
La liste indépendante «El Hisn El-Matine», quant à elle, focalise sur le secteur économique en préconisant l’amendement de la nouvelle loi sur les hydrocarbures et la révision des lois régissant l’activité économique du pays.
D’autres listes indépendantes, à l’instar de la liste (Najah) de Saida, et (Sawt Chabab Al-Ahrar) dans la wilaya de Mila, font de la relance du secteur de l’investissement, de l’agriculture et du tourisme dans leurs wilayas respectives, leur cheval de bataille au sein de la future Assemblée.
La première semaine de campagne aura donc montré l’urgence de consolider la stabilité du pays. Ce thème sera certainement de mise pour les deux prochaines semaines.
Yahia Bourit