mardi , 19 janvier 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Contrecarrer les réformes initiées dans le secteur du commerce</span>:<br><span style='color:red;'>La tutelle met en garde contre «une campagne ciblée»</span>
Ministre du Commerce, Kamel Rezig.

Contrecarrer les réformes initiées dans le secteur du commerce:
La tutelle met en garde contre «une campagne ciblée»

Le secteur du commerce est ciblé par une opération menée sur les réseaux sociaux visant à contrecarrer le plan de réformes lancé par le département de Kamel Rezig.

Des parties ont investi la toile pour mettre les bâtons dans les roues pour freiner le processus de réformes «radicales» engagées dans le secteur du commerce à travers la publication de fausses informations, allégations et usurpation d’identité, entre autres. Dans un communiqué publié vendredi dernier sur sa page Facebook, le ministère du Commerce a précisé que ceux qui sont derrière cette campagne ont utilisé des comptes suspects et des pages sur les réseaux sociaux pour diffuser des informations et les présenter comme étant celles du département de Rezig. Le ministère a indiqué que la rupture progressive avec les anciennes pratiques constitue le facteur qui a poussé ces groupes, gênés par les orientations de l’Algérie nouvelle, à réagir en lançant une campagne ciblée. «Nous avons constaté dernièrement quelques publications via des pages et comptes suspects sur les réseaux sociaux, en utilisant certaines techniques et applications et en attribuant au ministre du Commerce des déclarations infondées, dans une campagne ciblée orchestrée par certaines parties», a indiqué le ministère du Commerce dans un communiqué.
Le département de Rezig a précisé que ces groupes «sont gênés par les orientations de l’Algérie nouvelle, notamment dans le secteur du Commerce, supervisées par le ministre, et la rupture progressive avec les anciennes pratiques à travers les réformes radicales entreprises par le secteur». Le ministère du Commerce a qualifié la campagne contre ses réformes de «contre-révolution» avant de menacer ces auteurs de poursuites judiciaires. Les efforts de réforme et de redressement des dysfonctionnements consentis par le ministère ont suscité «une contre-révolution menée par des parties ayant des calculs étroits qui, par diffamation, usurpation d’identité, accusation infondée, mensonges et allégations, tentent à porter atteinte au secteur du commerce», a indiqué la même source. Enfin, le ministère du Commerce a affirmé se réserver le droit d’engager des poursuites judiciaires contre toute partie contribuant directement ou indirectement à la diffusion de «ces allégations infondées».
Samir Hamiche