lundi , 12 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Abdelaziz Djerad</span>:<br><span style='color:red;'>«L’Algérie a fait de la politique énergétique une priorité majeure»</span>

Abdelaziz Djerad:
«L’Algérie a fait de la politique énergétique une priorité majeure»

La politique énergétique constitue une priorité majeure pour l’Algérie, ce qui explique l’important intérêt que porte le pays pour la transition énergétique.

L’importance que revêt la politique énergétique nationale a été soulignée, hier, par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, lors de son allocution prononcée au cours de sa visite à Hassi R’mel (Laghouat), à l’occasion du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA).
Il a indiqué que la transition énergétique qui concerne l’ensemble des secteurs du développement de l’Algérie explique la priorité majeure dont jouit la politique énergétique du pays.
«L’Algérie, à l’instar de plusieurs pays du monde, a fait de la politique énergétique une priorité majeure d’où l’importance de la transition énergétique en tant que facteur clé sous-tendant l’ensemble de ses politiques de développement, conformément au triptyque du renouveau économique, basée sur la sécurité alimentaire et sanitaire, la transition énergétique et l’économie numérique», a déclaré M. Djerad à cette occasion.
Il a ensuite détaillé le rapport de la politique énergétique de l’Algérie avec les réformes économiques structurelles initiées lors de la conférence nationale sur le Plan de relance économique organisée en août 2020.
Sur ce volet, le Premier ministre a affirmé que la politique énergétique de l’Algérie s’inscrivait dans le cadre «des réformes économiques structurelles initiées, conformément au programme du président de la République, du plan d’action du Gouvernement et du programme de renouveau économique élaboré en concertation avec les opérateurs économiques et les partenaires sociaux, lors de la conférence nationale sur le Plan de relance économique organisée en août 2020».
Il a aussi affirmé que l’Algérie dispose des atouts nécessaires lui permettant d’opter définitivement pour le développement des énergies renouvelables.
«Cinquante ans après la nationalisation des hydrocarbures, l’Algérie a choisi de s’orienter définitivement vers le développement des énergies renouvelables, à travers l’adoption d’une base industrielle adéquate, d’autant qu’elle dispose de toutes les ressources naturelles et des moyens matériels et humains l’habilitant à devenir un leader en matière des énergies, solaire et éolienne durant les prochaines années».

Affaire de la raffinerie d’Augusta : Lancement d’un mandat d’arrêt international

Par ailleurs, M. Djerad a évoqué le procès judiciaire qui implique la Sonatrach dans le dossier d’acquisition de la raffinerie italienne d’Augusta.
Il a ainsi annoncé au cours de sa visite à Hassi R’mel qu’un mandat d’arrêt international a été émis contre le principal accusé dans l’affaire de corruption relative à l’acquisition par le Groupe Sonatrach de la raffinerie d’Augusta (Italie).
«Le Pôle pénal économique et financier a ouvert une enquête sur l’affaire de la raffinerie d’Augusta, dans laquelle un mandat d’arrêt international a été émis contre le principal accusé», a-t-il déclaré.
Il a fait savoir que le processus de lutte contre la corruption se poursuivra. «Nous continuerons à poursuivre en justice tous les responsables impliqués dans les affaires de corruption et les tentatives d’atteinte à l’économie nationale», a-t-il ajouté.
L’Algérie continuera à travers la lutte contre la corruption la poursuite du processus de moralisation de la vie publique et du domaine économique, a souligné M. Djerad. Il a indiqué à ce propos que «la détermination de l’Etat à poursuivre la moralisation de la vie publique et du domaine économique, en réunissant les conditions idoines pour un climat économique empreint de transparence et de concurrence loyale et saine, d’une part et à lutter contre la corruption dans le cadre de la loi, d’autre part».
Il est à rappeler qu’en 2018 le groupe Sonatrach a acquis la raffinerie Augusta (Sicile). Cette acquisition était menée à la faveur d’un accord conclu avec ESSO Italiana (ex filiale du groupe américain ExxonMobil).
Cette transaction inclut également les trois terminaux pétroliers de Palerme, Naples et Augusta, ainsi que des participations dans des pipelines reliant la raffinerie aux différents terminaux. Plusieurs réserves ont été émises sur cette transaction mais aussi sur l’efficience de cet investissement de la Sonatrach à l’étranger.

Le Premier ministre inaugure le projet Boosting 3

Pour ce qui est du programme de sa visite à Laghouat, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a procédé à l’inauguration du projet Boosting 3 visant à garantir la sécurité énergétique de l’Algérie à travers le renforcement des capacités de production. Des explications ont été données au Premier ministre données par les responsables de ce projet selon lesquelles le projet Boosting 3 a été inscrit au sein de la stratégie de la Sonatrach visant à assurer la sécurité énergétique de l’Algérie et à faire face, ainsi, à l’épuisement naturel du gisement de Hassi R’mel où la pression baisse lors de l’extraction du gaz d’où la difficulté de son exploitation.
En effet, ce projet tend, également, à mettre en place de hautes capacités de compression afin d’accompagner la baisse naturelle de la pression du gisement de Hassi R’mel, après l’achèvement des deux projets Boosting 1 (2004) et Boosting 2 (2009).
La technique utilisée consiste à augmenter la pression du gaz par le biais de turbocompresseurs afin de maintenir les pressions nominales de fonctionnement des installations de traitement existantes. Le design des unités de Hassi R’mel se compose de divers équipements de séparation successifs et de filtration pour la production des trois effluents : le Gaz sec, le condensat et le GPL. Ledit projet concerne la réalisation de trois stations de compression dans trois régions : Sud, Nord et centre de la région de Hassi R’mel en vue de maintenir un plateau de production estimé à 180 millions de Standard mètres contre une enveloppe financière de 1,2 mds USD. Le projet emploie actuellement 5.000 travailleurs ayant un savoir-faire reconnu et une excellente maîtrise dans le domaine des hydrocarbures. Les installations réalisées obéissent à des normes internationales HSE en vigueur.
D’une capacité de production de 2.400 milliards de mètres cube (m3) de gaz naturel, le gisement de Hassi R’mel est classé comme étant le plus grand gisement d’Afrique et quatrième au monde. Il sera épaulé par un projet de réalisation d’une station supplémentaire de compression qui sera mise en service en 2024.
Samir Hamiche