vendredi , 27 mai 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Recherche et innovation</span>:<br><span style='color:red;'>L’Algérie accord un grand intérêt au domaine</span>

Recherche et innovation:
L’Algérie accord un grand intérêt au domaine

L’agrément de 40 incubateurs de recherche au niveau des universités renseigne sur l’important l’intérêt qu’accorde l’Algérie à la recherche et l’innovation.

L’intérêt porté sur l’innovation dans les nouvelles technologies et l’importance accordée aux laboratoires de recherche ont été soulignés, hier, par la directrice de la recherche au ministère de l’Enseignement supérieur, Mme Kamila Guidouche.
Elle a affirmé, lors de son intervention sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, que l’Algérie met le cap sur le développement de la recherche scientifique dans plusieurs secteurs d’activité socioéconomique et technologique. «L’installation du Conseil national de la recherche scientifique et technologique augure de l’importance qu’occupe la recherche et l’innovation en Algérie», a-t-elle déclaré lors de son passage dans l’émission «Invité de la Rédaction». «La sélection des projets se fait selon des procédés scientifiques qui dégagent à la fin 50 projets à accompagner dans le cadre du programme national à superviser par ledit Conseil», a-t-elle précisé, affirmant que la priorité est donnée aux projets concrets délivrables qui est la condition sine qua none d’éligibilité à bénéficier d’un encouragement.
Elle a affirmé qu’en vue de revoir les missions et attributions du nouveau Conseil national de la recherche scientifique et technologique (CNRT) et la Direction ministérielle de la recherche scientifique qui élabore jusque-là les programmes nationaux de recherche, la révision de la loi sur la recherche s’impose. L’invité de la Radio nationale a affirmé que la direction de la recherche est détentrice du programme des « trois S » qui regroupe les programmes nationaux de recherche prioritaires avec des thématiques, réparties sur des axes sachant qu’ils ont été fixés en partenariat avec les comités intersectoriels en présence des domaines de l’agriculture, de la santé et de l’énergie.
Mme Guidouche a affirmé que parmi les 31 secteurs sollicités dont 21 seulement ont répondu aux appels formulés lors des réunions avec leurs représentants respectifs, la direction chapeaute aussi 1700 laboratoires opérant sous l’égide de 30 Centres de recherche.
Elle a assuré qu’avec l’installation du CNRT, composé de chercheurs membres de laboratoire d’excellence, capables de valoriser et suivre les projets utiles. «Il y a ainsi l’intérêt de la création de ce Conseil où se croisent les compétences venant de l’étranger et celles ayant préféré de s’investir en Algérie», a-t-elle ajouté.
Affirmant que l’installation du CNRT est une reconnaissance au chercheur algérien, Mme Guidouche a déclaré que le département de la recherche au ministère a toujours le souci de la reconnaissance de l’effort intellectuel. «Nous avons toujours fait appel à nos compétences que ce soit à l’étranger ou celles ayant choisi de s’investir à l’intérieur du pays», a-t-elle affirmé. L’invitée de la chaîne III a affirmé que la création des deux écoles supérieures de l’intelligence artificielle et des mathématiques sont justement issues des recommandations du livre blanc concernant ces deux aspects.
Samir Hamiche