dimanche , 28 février 2021

...:
L’année de toutes les interrogations

L’année 2018 rend ses derniers soupirs. Une année 2018 qui aura été un interminable point d’interrogation sans aucune réponse. C’est comme si cette année avait « fourgué » toutes les réponses pour l’année 2019. Une année qui devrait avoir la réponse à une multitude de questions dans un monde encore plus fragile qu’il ne l’était en 2017.
En effet, sur tous les plans, le monde d’aujourd’hui semble avoir perdu toutes ses boussoles et n’annonce rien de bon. Trop de choses ont été abandonnées et reniées en cette année 2018 et peut être que celui qui représente le mieux tous ces reniements est fatalement le président américain Donald Trump. Avec lui, le monde aura fait de grands bonds en arrière pour nous catapulter au même climat détestable des années de la guerre froide. A l’exception d’Israël et à un degré moindre, celui de l’Arabie Saoudite, le locataire de la Maison Blanche ne reconnait aucune vertu aux alliés traditionnels des Usa, que sont les pays occidentaux. Pire encore, il ne cesse de leur tourner le dos sur une multitude de problématiques, concernant le commerce, l’environnement et même la paix dans le monde.
Cette paix qui s’éloigne sur tous les terrains des nombreux conflits qui secouent plusieurs régions du monde et en particulier celle du Moyen Orient. En vérité, tous les ingrédients d’une guerre généralisée dans cette partie du monde sont réunis pour faire sauter cette poudrière en ébullition depuis prés d’une dizaine d’années.
Selon les spécialistes, jamais le monde n’a connu une course aussi effrénée vers l’armement, que ce que nous avons vécu cette dernière année 2018, et Trump a une grande responsabilité dans cet état de fait, car le milliardaire a oublié une réalité centrale qui a guidé tous ses prédécesseurs, à savoir que le président des Etats Unis et aussi, en grande partie, le premier responsable de l’état du monde et de tous les soubresauts qui le traverse.
Cette année 2018 donc n’aura pas été une année de paix et de rapprochement entre les peuples, mais une année qui aura vu la domination des mouvements extrémistes de tous bords. Des extrémistes et des populistes qui ont pris le pouvoir dans plusieurs grandes capitales du monde et qui se nourrissent de la haine et du racisme pour mettre leur société sous leur influence. Une situation qui n’est pas sans rappeler les plus sombres pages de ce monde à la veille des grandes guerres qui ont fait des millions de morts.

Par Abdelmadjid Blidi