mardi , 21 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Monoxyde de carbone</span>:<br><span style='color:red;'>L’APOCE propose d’inclure les prix des détecteurs dans la facture d’électricité/gaz</span>
© Illustration

Monoxyde de carbone:
L’APOCE propose d’inclure les prix des détecteurs dans la facture d’électricité/gaz

Des propositions ont été formulées par l’Organisation Algérienne de Protection et d’Orientation du Consommateur (APOCE) pour obliger chaque foyer utilisant un chauffage à gaz de s’équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone, en induisant le coût de cet appareil sur la facture d’électricité/gaz, a indiqué dimanche son président Mustapha Zebdi.

Joint par l’APS, M. Zebdi a précisé que l’APOCE a saisi la Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz (CREG) pour qu’elle impose l’installation de ces détecteurs en induisant le coût de cet appareil sur la facture d’électricité ou de gaz. Expliquant que l’association a suggéré que «le paiement soit échelonné sur une année pour qu’il n’affecte pas les budgets des familles aux revenus modestes». M. Zebdi a ajouté que l’APOCE souhaite depuis des années «instaurer l’obligation» pour chaque foyer qui utilise les chauffages à gaz de s’équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone.

Gaz brulés : l’ANCA appelle à la réglementation du marché des détecteurs

De son coté, le président de l’Association Nationale des Commerçants et Artisans (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, a déclaré à l’APS que les fabricants ou les importateurs de chauffages à gaz «ne fournissent pas les détecteurs» de monoxyde de carbone aux commerçants «ayant constitué leurs stocks avant l’émission de l’instruction du ministère du Commerce obligeant d’accompagner la vente de tout appareil à gaz d’un détecteur de monoxyde de carbone».
Il a demandé, ainsi, d’accorder du temps aux commerçants qui ont d’anciens stocks de chauffages à gaz pour que leurs fournisseurs leur livrent ces détecteurs. Appelant, à l’occasion, les autorités à intervenir pour «obliger» les fabricants à fournir les détecteurs aux commerçants sans exiger d’eux d’acheter de nouveaux appareils de chauffage pour bénéficier de ces détecteurs.
Le président de l’ANCA a précisé que cela fait près d’un mois que ce problème a été évoqué avec les opérateurs et autres grossistes d’El Hamiz, de Bordj Bou-Arréridj et ceux de Sétif. Lançant, en outre, un appel aux fabricants et importateurs pour qu’ils fassent des efforts pour satisfaire la demande ayant «fortement augmentée», à l’annonce de l’instruction du ministère du Commerce . Le responsable de l’ANCA a, de plus, souligné que les conditions de vente des détecteurs de monoxyde de carbone, de gaz ou de fumée, doivent, selon lui, être définies par la réglementation pour que le consommateur leur accorde plus d’importance.