jeudi , 29 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>USM BEL ABBÉS /KOULKHIR PROLONGE ET ZERROUKI PART À ANNABA</span>:<br><span style='color:red;'>Le bilan financier de tous les maux</span>

USM BEL ABBÉS /KOULKHIR PROLONGE ET ZERROUKI PART À ANNABA:
Le bilan financier de tous les maux

Malgré la signature du contrat de sponsoring avec la société Naftal estimé à 45 milliards de centimes pour une durée de trois ans, les tourments ne sont pas à leurs termes pour le club phare de la Mekerra. Le défaut d’un bilan financier reste un épineux problème non encore réglé par la direction de la SSPA/USMBA et à sa tête, le président Abdelghani Hennani.

L’enfant de la localité des Khoualeds (Sidi Yagoub) est devenu le premier des supporters qui réclament son départ sans conditions. Quant à l’entourage de Hennani, il est plus encore non accepté par le milieu sportif local vu l’état critique que vit le club fondé en 1933. Au moment où certaines formations de la Ligue Une ont entamé leurs préparations en prévision de l’exercice 2020-2021, l’USMBA reste l’unique équipe sans entraineur et sans effectif, mis à part des renouvellements de contrats de certains anciens comme le cas du milieu Litt Abdelaziz, de l’axial Mohamed Hamza, du latéral gauche Nasreddine Benlebna, et récemment, semble t-il, du milieu Koulkhir Younes, très sollicité par les dirigeants du MCO mais qui a préféré rester à Bel Abbés. Dans un autre cadre, le staff technique désigné est Slimani Sidi Ahmed, mais ce dernier est victime d’une opposition de pseudos supporters qui ont forcé, l’an dernier, l’ex DG à l’écarter, alors que la suite on la connait, un échec total durant l’exercice passé. Dire que tant que l’administration est dans une position de faiblesse, elle laisse le champ aux opportunistes d’exercer leurs diktat et pire, imposer des joueurs qui ne savent même pas contrôler le cuir. Signalons que les quatre milliards (trois de l’APC et un du fond de wilaya) ne sont pas encore versés suite à une anarchie de compte de la SSPA bloqué, défaut de bilans, et des prêts du club amateur (le CSA présidé par Abbés Morsli) vers la SSPA dirigée aussi par A. Morsli. Un vrai labyrinthe qui existe uniquement à Sidi Bel Abbés.
B. Didéne