mercredi , 2 décembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Lutte contre le trafic de drogue</span>:<br><span style='color:red;'>Le bilan parlant des services des Douanes</span>
© D.R

Lutte contre le trafic de drogue:
Le bilan parlant des services des Douanes

Les derniers chiffres rendus publics par les services des Douanes montrent, en effet, une réalité assez inquiétante, et met surtout à nu, une puissance financière avérée, des réseaux de trafic de drogue. On voit cela, à travers la valeur de la drogue saisie. On apprend à ce propos, que pour la seule année 2017, les services des Douanes ont saisi des quantités de drogues, estimées à 666,03 millions de dinars. 
La lutte contre le trafic de drogue concerne l’ensemble des corps de sécurité du pays, autant les éléments de l’ANP, que ceux de la gendarmerie nationale et de la police nationale, les saisies de kif sont quotidiennes et suscitent l’inquiétude, en raison des quantités «industrielles» qui circulent aux frontières ouest du pays. Le constat est, à proprement parler, quasi-catastrophique. Mais, il est important de souligner, que les bilans de l’armée et des deux autres corps de sécurité, ne complètent pas le tableau d’un trafic, qui semble avoir pris des proportions telles, qu’on peut aisément supposer, que les autorités du pays d’origine de la drogue sont, soit impuissantes, soit complices avec les trafiquants. Il y a lieu, en effet, d’ajouter les services des Douanes Algériennes, dont l’intervention dans le domaine de la lutte contre le trafic de stupéfiants, révèle, des chiffres jusque-là difficilement soupçonnables, de la part d’un corps, dont les interventions restent tout de même épisodiques, dans le domaine de la lutte contre ce trafic, puisque le spectre d’intervention englobe la contrefaçon et autres délits économiques.
Les derniers chiffres rendus publics par les services des Douanes, montrent en effet, une réalité assez inquiétante et met surtout à nu, une puissance financière avérée, des réseaux de trafic de drogue. On voit cela, à travers la valeur de la drogue saisie. On apprend à ce propos, que pour la seule année 2017, les services des Douanes ont saisi des quantités de drogues, estimées à 666,03 millions de dinars. Tout cet argent renseigne sur la puissance financière des trafiquants, qui, entre le Maroc et l’Algérie, brassent donc des fortunes et peuvent s’acheter les services de bandes de criminelles et de terroristes.
Le détail des prises réalisées par les services des Douanes, montrent l’ampleur du phénomène, et son étalement géographique. On apprendra ainsi, qu’à travers 171 opérations de saisies, effectuées par les 12 directions douanières régionales du pays en 2017, les douanes algériennes «ont mis la main sur plus de 9,4 tonnes de kif traité, de 1,52kg de cocaïne, ainsi que d’autres formes de stupéfiants, composés de 54.332 comprimés psychotropes, de 54 boîtes de diverses marques, de 1.080 plaquettes, de 26 ampoules, de 12 flacons et de 925 gélules, a précisé la même source», rapporte le document de la Direction générale des Douanes algériennes. La plus grande saisie de kif traité a été enregistrée, par la Direction douanière de Tlemcen, a été de l’ordre de 6,02 tonnes.
Le même rapport indique, que «le plus grand volume de cocaïne saisi, a été enregistré par la Direction douanière d’Oran», avec 1,4kg, tandis que la plus importante saisie de comprimés, a été opérée par la Direction de Béchar (34.977 comprimés), fait savoir la même source. Le montant des pénalités encourues, dans le cadre de ces saisies, s’est élevé à 6,66 milliards de DA, impliquant 241 contrevenants, alors que les moyens de transport utilisés, pour l’acheminement de ces drogues étaient composés de 126 véhicules, 9 camions et 3 motos.
Ce bilan traduit la nécessité de combattre le mal, mais informe également, sur l’étendue du phénomène et la multiplicité des produits, objets de trafic.
Alger: Smaïl Daoudi