jeudi , 25 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Hafid Aouragh, directeur de la recherche scientifique </span>:<br><span style='color:red;'>Le budget alloué au secteur est dérisoire</span>

Hafid Aouragh, directeur de la recherche scientifique :
Le budget alloué au secteur est dérisoire

Reconsidérer et valoriser la recherche: l’autre défi du Pr Abdelbaki Benziane. Une conférence nationale des établissements publics à caractère scientifique et technologique a constitué l’essentiel de la rencontre tenue hier au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, celle-ci a regroupé le ministre, Pr Abdelbaki Benziane.

Repenser la valorisation de la recherche scientifique, la présentation du bilan du CSP2020, l’état des lieux de la coopération et travaux dans le cadre de la coopération internationale, constituent les thèmes des interventions attendues pour l’entame de cette conférence, à côté de la présentation par Mme Maya Cherfaoui, la présentation d’un projet, un programme par le Pr Hafid Aouragh, et enfin la mise en place des incubateurs par Pr Naima Demmouche. Cette dernière intervention qui constitue le point fort de cette conférence, laissera place à la présentation de la plate-forme Ibtikar (programme docteur-analyse, stages, appui formation continue), laquelle sera faite par Maya Cherfaoui pour clore cette conférence largement suivie par les cadres de la famille universitaire. Le budget alloué à la Recherche scientifique : « Dérisoire», selon Hafid Arouagh. Le directeur général de la Recherche scientifique, Hafid Aouragh a indiqué, à l’occasion d’une intervention sur la valorisation de la recherche scientifique, que le budget alloué pour l’exercice 2021 à ce secteur est dérisoire et qu’une revalorisation de cette enveloppe permettra d’atteindre les objectifs tracés par le ministère en matière de recherches et surtout de s’approcher le plus possible de l’objectif d’atteindre 1 % du PIB. Pour le Pr Hafid Arouagh, l’enveloppe allouée au financement de la recherche scientifique qui est, a-t-il indiqué, de 30 millions de dollars, équivalant à 4,6 milliards de Da, reste dérisoire.
Mohamed Aissaoui