vendredi , 14 août 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Ils se sont retirés de la réunion avec le ministère de la Santé</span>:<br><span style='color:red;'>Le CAMRA campe sur sa plate-forme de revendications</span>
© Ouest Tribune

Ils se sont retirés de la réunion avec le ministère de la Santé:
Le CAMRA campe sur sa plate-forme de revendications

Le Collectif autonome des médecins résidents algériens, a tenu hier pour la énième fois, un rassemblement de protestation à l’enceinte du CHU Mustapaha Bacha d’Alger.

A travers cette action, le conflit qui lie les résidents au ministère de tutelle, ne semble pas connaître d’issue. Les représentants des médecins se sont retirés hier de la réunion avec le ministère de tutelle. Ils disent que les représentants du ministre ne veulent pas écouter et résoudre leurs revendications.
Ils n’ont rien apporté de nouveau par rapport à notre plateforme de revendications. Donc, «nous avons jugé inutile d’assister à ce genre de réunions», nous dira l’un des représentants du CAMRA rencontré au CHU Mustapha. Selon lui, le ministre ne s’est donné même pas la peine d’assister à cette rencontre de la commission d’action car, il est en voyage à Cuba. «Nous allons nous réunir pour décider de notre position envers ce genre de rencontres», ajoute notre interlocuteur.
Venus des différentes wilayas du pays, les médecins résidents en grève depuis plusieurs semaines, tentent encore de plier le ministère de la Santé en décidant pour la deuxième fois passer une nuit blanche à l’enceinte du CHU Mustapha. «Nous allons camper ce soir (mardi) à l’enceinte de l’hôpital» a-t-il dit. Selon notre interlocuteur, souligne que ce mouvement englobe trois corps à savoir les médecins résidents, pharmaciens résidents et autres en chirurgie dentaire. Le médecin résident dénonce également la mesure prise par le ministère de tutelle qui «la ponction sur salaire». Selon lui, c’est une mesure anticonstitutionnelle et c’est une atteinte au droit syndical. Par ailleurs, le directeur de CHU Mustapaha Bacha M. Bennani Abdessalem, a estimé que la grève des résidents à l’enceinte de son établissement n’affecte pas les services de son hôpital. «Comme vous voyez, il existe plusieurs Corps dans le secteur de la Santé à savoir les médecins, les professeurs, les infirmiers et autres qui veillent au bon déroulement des services et l’accueil des malades» a-t-il dit. À rappeler que les médecins résidents revendiquent la révision du service civil imposable à tous les nouveaux médecins spécialistes de sorte à prendre en compte la situation de chaque médecin. Cette disposition a été maintenue dans l’avant-projet de loi sur la santé.
Ils demandent également, un traitement équitable en ce qui concerne le service national. En clair, ils réclament les mêmes dispenses qu’on accorde au reste des diplômés universitaires.
En outre, ils appellent à l’amélioration de leurs conditions de travail dans les CHU ainsi que l’accès aux œuvres sociales des travailleurs de la Santé publique.
Enfin, ils plaident pour la révision du statut du médecin résident, pour s’adapter aux nouvelles mutations que connaît leur secteur en Algérie et ailleurs.

Alger: Samir Hamiche