vendredi , 14 août 2020

...:
Le continent de toutes les convoitises

L’Afrique est depuis le début des années 2000 au centre de tous les intérêts. Ce continent, autrefois la chasse gardée des Français, est aujourd’hui source de convoitises de la part de tous les puissants de ce monde. Le sommet Russie-Afrique, qui vient de se clôturer à Sotchi, coule dans ce sens et confirme cette tendance qui voit notre continent se faire les yeux doux et objet de toutes les sollicitations dans tous les domaines.

Il faut dire que l’offensive chinoise et les milliards de dollars mobilisés par Pékin dans la quasi-totalité des pays du continent noir ont bousculé les choses et relancé une course rarement vue auparavant. Les investissements sont gigantesques et les partenariats prennent toutes les formes, allant du basique don au nom de l’amitié, au dangereux endettement qui lie et hypothèque, qu’on le reconnaisse ou pas, l’avenir des pays africains.

Tout est mis sur la table, de l’armement aux dernières technologies, en passant par les lourds projets de grandes infrastructures jamais imaginés auparavant. On ne lésine plus sur les moyens et des milliards de dollars sont mis, sans hésitation, sur la table pour séduire les Africains.

Les Occidentaux qui ont exploité, de longues années durant, les richesses de l’Afrique, sans aucune concurrence, exercent aujourd’hui un pressing de folie pour faire douter des nouveaux puissants de ce monde, et en premier lieu les Chinois, mais aussi les Russes. Les Russes qui se replacent sur l’échiquier international et qui cherchent à élargir leur cercle d’influence pour peser encore plus dans cette partie du monde, après avoir relégué au second plan la présence américaine, et de là occidentale, au Moyen Orient.

Il faut dire aussi, que l’Afrique reste sur le plan économique, le dernier continent à traîner encore la patte, mais aussi le continent où la croissance ne peut que se développer encore et encore pendant de longues années. C’est pratiquement le seul endroit au monde où l’on s’attend à des taux de croissance à deux chiffres, alors qu’ailleurs en Europe, en Amérique et même en Asie, on est déjà en pleine récession.

L’avenir, il est clair, appartient à l’Afrique et à ceux qui sauront s’y placer dés maintenant. Et c’est justement ce qu’ont bien compris les puissants de ce monde qui sont prêts aujourd’hui à se livrer les plus après et impitoyables batailles pour se placer dans un maximum de pays de ce continent, qui fait saliver bien des Capitales et qui a entre ses mains l’avenir économique de toutes ces puissances qui jouent leur va-tout sur les terres africaines.

Par Abdelmadjid Blidi