samedi , 2 juillet 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Sport-Algérie</span>:<br><span style='color:red;'>Le contrôle médical des athlètes d’élite impératif avant la reprise</span>

Sport-Algérie:
Le contrôle médical des athlètes d’élite impératif avant la reprise

Le contrôle médical des athlètes d’élite  (valides ou handisports) doit être impératif, voir obligatoire, avant la  reprise des entrainements, a indiqué à l’APS, le Docteur Abderrahmane  Ghlaimi, président de la commission médicale de la Fédération algérienne  handisport (FAH) et membre de la commission médicale de la FAF.

«L’entrainement à domicile n’est pas suffisant, c’est pourquoi, il y a une demande pressente des athlètes pour reprendre le chemin des  entrainements, mais la reprise doit respecter certaines règles sanitaires  après plus de deux mois de confinement «, a expliqué à l’APS, Ghlaimi, chargé aussi du suivi médical du champion olympique Taoufik Makhloufi.
L’ensemble des athlètes d’élite algériens, qualifiés aux Jeux olympiques ou paralympiques de Tokyo-2020 ou ceux encore en lice pour une  qualification, ont arrêté leur préparation en raison de la pandémie du  coronavirus et le report d’une année, des deux rendez-vous olympiques.  Certains athlètes se sont contentés de maintenir leur forme physique avec  les moyens de bord.
Pour le cardiologue de profession, le contrôle médical doit être systématique pour tous les athlètes d’élite qui doivent être soumis à  différents examens médicaux, avant la reprise des entrainements en plein  air ou en salle. « Le protocole sportif d’évaluation des athlètes d’élite et de haut niveau nous instruit, avant de permettre une reprise des activités, la  réalisation systématique d’une série d’examens physiques sur l’athlète et  le soumettre à un questionnaire», a souligné Ghlaimi, assurant que cette  opération peut se faire dans les hôpitaux et centres médicaux sportifs  équipés pour la matière et dotés de compétences, à l’instar de l’hôpital  Nefissa Hamoud (ex-Parnet) et le CNMS.
Le retour des athlètes aux activités doit passer par «une évaluation physique au cas par cas et adapter la reprise à l’entrainement en fonction  des capacités de chacun, pour éviter les blessures et de prolonger l’arrêt  du sportif», a-t-il averti. D’autre part, Ghlaimi s’est dit «favorable» à l’idée de regrouper des  athlètes d’élite dans un centre de préparation national, pour reprendre  leur préparation, mais avec des conditions à réunir au préalable.
« Certes, l’idéal est de rassembler les athlètes dans des centres de  regroupement, mais avec un suivi médical et diététique rigoureux, une  présence de leurs staffs, et surtout le respect total et stricte des  mesures de sécurité»,  conclut Ghlaimi.