mercredi , 28 octobre 2020

...:
Le défi de convaincre

En ce premier jour de campagne, les candidats en lice pour la plus haute fonction de l’Etat ont investi le terrain et sont allés porter leur parole et leur programme aux Algériens. Tlemcen, Adrar Tamanrasset et Alger ont été les premières wilayas à recevoir les cinq candidats.
Et même si les programmes des uns et des autres étaient déjà connus, il fallait aussi tâter le terrain et le pouls de la population. Et s’il ne s’agit pas, en ce début de campagne, de réussir l’adhésion aux programmes, mais d’expliquer et convaincre de la nécessité impérieuse d’aller voter le 12 décembre et d’exprimer son choix à travers les urnes. C’est peut être là, le grand défi qui attend les candidats en ce début de campagne, car de la tendance de ces premiers jours se définira grandement la suite de toute l’opération électorale qui attend le pays.
Le parler pour soi et pour son programme viendra lui en deuxième rideau de la stratégie de campagne de chacun. Le plus important pour le moment est de faire comprendre à la population l’intérêt suprême que revêtent ces élections qui restent le meilleur moyen démocratique pour sortir le pays de l’impasse dans laquelle il se trouve depuis des mois déjà.
Ces hommes qui sont allés à la rencontre du peuple, que l’on soit d’accord ou non avec leur programme, ont ce mérite de regarder les gens et la crise dans les yeux et d’aller au charbon de la dure œuvre qui est la force de convaincre.
Un engagement loin d’être de tout repos, car une partie de la société nourrit une hostilité certaine envers le choix de ces élections et envers ces hommes. Une frange qui croit que le salut ne peut venir que d’une longue période de transition en forme de constituante qui prendra le temps qu’il faudra pour enfin aller vers des élections. Une période qui mettra encore entre parenthèse la légalité constitutionnelle et qui privera, pour une durée indéterminée, le pays de se doter d’institutions légales et à la première desquelles vient l’institution présidentielle.
Et c’est peut être là, tout l’enjeu de cette première partie de la campagne électorale. Inverser la tendance et faire prendre conscience à chacun que le plus impérieux pour le moment c’est de faire revenir l’Algérie sur les rails de la légalité constitutionnelle et institutionnelle. Après cela pourra venir le temps des grandes reformes et des grands changements qui seront expliqués lors de cette campagne et qui seront portés par celui qui aura réussi à convaincre la majorité des votants.

Par Abdelmadjid Blidi