dimanche , 28 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Bilan des 10 premiers mois de 2018  </span>:<br><span style='color:red;'>Le déficit commercial en baisse de près de 59%</span>
© D.R

Bilan des 10 premiers mois de 2018 :
Le déficit commercial en baisse de près de 59%

Selon les chiffres fournis hier par les services des Douanes, le déficit commercial de l’Algérie a continué de baisser, alors que les importations ont connu une hausse.

Ainsi, le Centre national des transmissions et du système d’information des Douanes (Cntsid), a indiqué que le déficit commercial s’est chiffré à 4,11 milliards de dollars durant les dix (10) premiers mois de 2018, contre un déficit de 9,95 milliards de dollars durant la même période de 2017, soit une diminution de 5,83 milliards de dollars correspondant à une baisse de 58,65%. Les exportations se sont chiffrées, durant la période entre début janvier et fin octobre 2018, à 34,126 milliards de dollars (mds usd) contre 28,424 mds usd sur la même période de 2017, soit une hausse de 5,7 mds usd (+20,06%), en raison notamment du redressement de cours de pétrole avec une moyenne de 71 dollars le baril contre 50 dollars à la même période de 2017.
Pour ce qui est des importations, la même source indique que celles-ci ont « très légèrement reculé à 38,240 mds usd contre 38,374 mds usd à la même période de l’année écoulée, soit une diminution de 134 millions de dollars (-0,35%)». Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 89% contre 74% à la même période de l’année précédente.
« Les hydrocarbures ont encore représenté l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger (93,17% du montant global des exportations) en s’établissant à 31,795 mds usd contre 26,896 mds usd, en hausse de 4,9 mds usd (+18,21%) », détaille encore le Cntsid. De leur côté, les exportations hors-hydrocarbures demeurent marginales en représentant 6,83% du montant global des exportations, soit une valeur de 2,33 mds usd, même si elles ont connu une hausse de 52,55% par rapport à la même période de 2017.
La facture alimentaire en hausse et celle des importations des carburants en baisse
Les exportations hors-hydrocarbures étaient composées des demi-produits avec 1,846 mds usd contre 1,083 mds usd (+70,45%), des biens alimentaires avec 301 millions usd contre 303 millions usd (-0,66%), des produits bruts avec 81 millions usd contre 59 millions usd (+37,3%), des biens d’équipements industriels avec 75 millions usd contre 66 millions usd (+13,64%), des biens de consommation non alimentaires avec 28 millions usd contre 17 millions usd (+64,71%) et des biens d’équipements agricoles avec 0,29 million usd contre 0,16 million usd (+81%).
Détaillant le volet des importations, les services douaniers ont indiqué que la facture des produits énergétiques et lubrifiants (dont les carburants notamment) s’est significativement réduite en passant à 879 millions usd sur les dix premiers mois de 2018 contre 1,611 mds usd à la même période de 2017, en baisse de 732 millions usd (-45,44%), précisent les Douanes. Les importations des biens d’équipements agricoles et industriels ainsi que les demi-produits ont aussi connu une tendance baissière. Ainsi, la facture d’importation des biens d’équipements agricoles s’est établie à 470 millions usd contre 511 millions usd (-8,02%). Pour les biens d’équipements industriels, ils ont été importés pour 11,05 mds usd contre 11,75 mds usd (-6%). Les importations des demi-produits ont reculé à 8,986 mds usd contre 9,089 mds usd (-1,13%). Lire aussi: Le déficit commercial à 3,25 milliards de dollars sur les 7 premiers de 2018 Par contre, des hausses des importations ont été enregistrées pour les groupes des biens alimentaires, des produits bruts et des biens de consommation non alimentaires. La facture des produits alimentaires s’est établie à 7,252 mds usd contre 7,122 mds usd (+1,83%). Les importations des produits bruts ont atteint 1,59 mds usd contre 1,22 millions usd (+29,88%). Concernant les biens de consommation non alimentaires, ils ont été importés pour 8,01 mds usd contre 7,06 mds usd (+13,40%). En terme de mode de financement des importations, sur les 38,24 mds usd des biens importés, un montant de 22,95 mds usd a été payé par cash (60% de la globalité). Les lignes de crédit ont financé les importations à hauteur de 13,83 mds usd (36,16%), tandis que le reste des importations a été financé par le recours à d’autres moyens de paiement pour un montant de près de 1,46 md usd (6%), et aux comptes devises propres des importateurs pour trois (3) millions usd (0,01%).

L’Italie toujours en tête du podium des clients, la Chine premier fournisseur

Concernant les partenaires commerciaux de l’Algérie, l’Italie a gardé sa place au podium en tant que premier client de l’Algérie. Ainsi, les cinq premiers pays-clients de l’Algérie ont été l’Italie avec 4,88 mds usd (14,31% des exportations globales algériennes), suivie de l’Espagne avec 4,08 mds usd (12%), la France avec 3,89 mds usd (11,4%), les Etats-Unis avec 3,27 mds usd (9,6%) et la Grande-Bretagne avec 2,37 mds usd (7%). Quant aux principaux fournisseurs du pays, la Chine maintient sa première place avec 6,41 mds usd (16,76% des importations globales algériennes), suivie de la France avec 3,86 mds usd (10,11%), de l’Italie avec 3,06 mds usd (8%), de l’Espagne avec 2,95 mds usd (7,7%) et de l’Allemagne avec 2,62 mds usd (6,85%), a conclu le Cntsid.
Alger: Samir Hamiche