dimanche , 26 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>59ème anniversaire de l’indépendance</span>:<br><span style='color:red;'>Le message du président Tebboune aux Algériens</span>

59ème anniversaire de l’indépendance:
Le message du président Tebboune aux Algériens

Ce geste présidentiel qui rattache l’Algérie aux combats pour la liberté, rappelle aussi les sacrifices de tout un peuple et permet de mesurer le prix de l’indépendance. Le chef de l’Etat, qui n’a pas manqué de relever l’immensité de l’œuvre libératrice accompli par les Algériens.

Comme le veut la tradition républicaine, à l’occasion de la célébration de l’indépendance du pays, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, s’est recueilli, hier, au sanctuaire du Martyr à Alger, à la mémoire des martyrs de la glorieuse guerre de libération nationale. Ainsi, après avoir salué un détachement de la Garde républicaine qui lui a rendu les honneurs, le président Tebboune, qui était accompagné de hauts responsables de l’Etat et de l’Armée, a déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle commémorative et récité la fatiha du Coran à la mémoire des martyrs de la guerre de libération nationale.
Ce geste présidentiel qui rattache l’Algérie aux combats pour la liberté, rappelle aussi les sacrifices de tout un peuple et permet de mesurer le prix de l’indépendance. Le chef de l’Etat, qui n’a pas manqué de relever l’immensité de l’œuvre libératrice accompli par les Algériens tout au long de la nuit coloniale, a mis en exergue dans un message à la nation, la détermination du peuple algérien à «affronter, résolument et énergiquement, tous ceux qui seraient tenter de s’attaquer à l’Algérie, forte par son peuple et son armée». Pour le président de la République, «le peuple algérien, qui célèbre aujourd’hui le recouvrement de la souveraineté nationale et qui puise dans le génie de ses enfants et dans le Hirak béni authentique, une foisonnante conscience nationale, demeure hautement vigilant quant aux intérêts suprêmes de la nation et aux repères jalonnant sa voie de fidélité vers l’unité et la gloire». Et de souligner : «Des idéaux et principes à la consécration desquels s’est vouée une génération de pionniers du Mouvement national et à la perpétuation desquels ont, résolument, veillé nos Chouhada et nos moudjahidine en menant une guerre féroce dans laquelle le colonisateur abject a mobilisé les plus redoutables armes de massacre, de brutalité et de destruction».
Evoquant l’actualité politique du moment, le président Tebboune a indiqué que «nous avons franchi, il y a moins d’un mois (le 12 juin dernier), un pas important dans la démarche nationale de redressement global, qui repose sur une méthodologie progressive et un impératif d’efficience, qu’il s’agisse du rétablissement de la confiance et de la crédibilité des institutions de l’Etat ou des défis multiples sur les plans économique et social».
Louant ainsi les efforts des acteurs de la scène politique et de la société civile et de toutes les volontés ayant contribué à la tenue des élections législatives dans le cadre de la concurrence politique loyale, le président Tebboune a rendu hommage à l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), et aux autres corps de sécurité pour avoir veillé au déroulement de cette échéance dans un climat de quiétude et de sérénité. Par ailleurs et lors de la même journée de célébration de l’indépendance du pays, le chef de l’Etat a procédé à Alger, à l’inauguration d’une fresque murale, réalisée à la place du chahid Boudjemaa Hemmar à la mémoire des Algériens exilés par l’occupation française dans des contrées lointaines. Ont assisté à la cérémonie d’inauguration, le Président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, le président du Conseil constitutionnel, Kamel Fenniche et le Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le Général de corps d’armée, Saïd Chanegriha. La représentation de toutes les Institutions les plus importantes de République confirme l’importance de cet acte hautement symbolique qui vient rappeler que l’Algérie n’oublie pas ses enfants déportés au bout du monde par la soldatesque coloniale. Cette fresque est un lien officiel établi par la plus haute autorité du pays. Espérons que ce geste soit suivi par une reconnaissance effective de la nationalité algérienne de la descendance de ces déportés.
Nadera Belkacemi