mercredi , 22 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Prix du pain </span>:<br><span style='color:red;'>Le ministère du Commerce installe une commission nationale</span>
© Illustration

Prix du pain :
Le ministère du Commerce installe une commission nationale

Suite aux différents appels lancés notamment par l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) et l’Association de consommateurs (APOCE), le ministère du Commerce a mis en place une commission composée de représentants de boulangers, des représentants des directions du commerce et des associations de protection des consommateurs et ce, dans l’objectif de définir le prix réel de la baguette du pain.

La commission en question, va se rendre dans les boulangeries désignées pour suivre en détail le processus de production du pain et ce, afin de définir le prix réel de la baguette. Le ministère du Commerce veut à travers cette mesure tardive, de faire face aux boulangers qui ont décidé d’augmenter les prix du pain sans préavis et sans aucun droit. Le ministère veut aussi contrôler les prix du pain et mettre de l’ordre sur le marché. Les autorités veulent également éviter le scénario du mois passé où des boulangers dans plusieurs wilayas du pays, ont décidé d’augmenter le prix de la baguette de pain. D’ailleurs, ces mêmes boulangers attendent le début de l’année prochaine, dans quelques jours, pour procéder à l’augmentation des prix.
Sur ce sujet, l’ANCA a indiqué dans un communiqué, que lors d’une réunion avec le ministère du Commerce jeudi à Alger, il a été question de proposer plusieurs solutions pour plafonner le prix de la baguette et assurer une marge de bénéfice aux boulangers. Selon Hadj Tahar Boulenouar, président de l’ANCA, les commerçants ont proposé de produire une farine spéciale pour le pain et ce, pour éviter l’utilisation de la farine subventionnée dans d’autres activités.
À noter, que l’ANCA et l’APOCE, ont appelé à maintes reprises, les autorités à mettre en place une commission regroupant les représentants des ministères du Commerce, des Finances et les représentants des minoteries, ceux des boulangers et ceux des consommateurs pour déterminer le coût réel de la baguette du pain pour pouvoir ensuite déterminer son prix de vente. Pour sa part, le ministère du Commerce a réagi, en retard, à cette augmentation qu’a qualifiée «d’illégale». Le département de Benmeradi a assuré une marge bénéficiaire aux boulangers mais sans toucher aux prix de ce produit de grande consommation, subventionné par l’Etat.

Alger: Noreddine Oumessaoud