dimanche , 14 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Mostaganem </span>:<br><span style='color:red;'>Le Palais consulaire, un joyau architectural</span>

Mostaganem :
Le Palais consulaire, un joyau architectural

Le Palais consulaire dont les travaux de réalisation ont débuté le cinq février 1937 et ont été achevés au début de décembre 1938, a été construit sur le site de l’ancienne fontaine de la porte de Mascara, en face de la poste principale, en plein centre ville de Mostaganem. Ce Palais, un joyau architectural, a abrité durant l’époque coloniale, la chambre de commerce, propriétaire des lieux, le crédit foncier de l’Algérie et de la Tunisie et le tribunal de commerce. Il est composé d’un rez-de-chaussée et d’un étage.

Actuellement, le dit Palais abrite la chambre de commerce et d’industrie au premier étage, la banque nationale d’Algérie et Mobilis au rez-de-chaussée dont les portes d’entrée sont face à la poste pour l’une et pour l’autre face à la place d’Ain Sefra. Un tableau de peinture sur le mur de la salle de conférences de la chambre de commerce reflète les gigantesques produits agricoles (vins- céréales- agrumes-ovins- bovins –chevaux) que des colons exportaient vers la France. Le tableau montre des dockers algériens mal vêtus, faisant charger les dites marchandises dans les navires en utilisant uniquement leur force physique. Donc, ces dockers étaient soumis à une exploitation épuisante et mal payés, de même que les ouvriers agricoles qui étaient soumis au même régime de travail.
Au bout de quelques années de travail, les dockers et les ouvriers agricoles n’avaient que la peau sur les os tellement ils étaient exploités outrancièrement. Cependant, ledit Palais consulaire, conçu pour promouvoir les intérêts des colons, porte sur sa façade principale deux citations en latin, en grosses lettres faites avec un matériau spécial. En mai 1865, lors de la visite de Napoléon à Mostaganem, octave Tessier, membre de l’instruction publique et des travaux publics, faisant partie de la délégation qui recevait le chef de l’état français, a prononcé en latin les deux citations en question, choisies du poème de Virgile, en latin vergilius Maro, un poète romain né en octobre 70 avant Jésus Chris et mort en septembre 19 après j-c- à Brindes.
Des poèmes du su nommé ont été traduits par E.De Saint Denis en 1956 à paris. Ainsi, la première inscription portée sur le côté gauche de la façade est « O-FORTUNATOS NIMIOM-SUA-SI-BONA NORIN-AGRICOLAS» qui veut dire en français « trop heureux, s’ils savaient leur bonheur, les paysans. Loin des luttes armées, la terre elle-même, dans sa très grande justice, leur offre volontiers, les fruits du sol ». Sur le côté droit de la façade est portée la citation en latin « Salve Magna Parens Prugum-Saturna Africana Tellus».
La traduction en français donne « je te salue, terre d’Afrique, terre féconde en fruits et en grands hommes ». Il convient d’indiquer que le mot Saturnia qui est inscrit dans ledit extrait du poète romain Virgile, a été remplacé volontairement par Africana, eu égard à la fertile terre de l’Algérie.
La chambre de commerce et d’industrie (CCI) est une institution représentant auprès des pouvoirs publics les intérêts généraux des secteurs du commerce, de l’industrie et des services. Coiffé par un directeur, Boukhours Abdelhamid, un président, Bezzaouche Abdelkader, la CCI de Mostaganem  contribue au développement de l’économie locale, en organisant des séminaires, des journées d’étude à l’intention des opérateurs économiques et des jeunes porteurs des projets.
Charef.N