samedi , 2 juillet 2022

Le Patrimoine architectural «historique et culturel»

La ministre de la Culture, Soraya Mouloudji a annoncé il y a quelques jours que « le dossier de candidature au classement des sites historiques et du patrimoine de la ville d’Oran a été élaboré et totalement finalisé pour être présenté à l’Organisation des nations unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO)». On ne peut que se réjouir et applaudir cette annonce qui suppose une prise en charge totale et sans faille de tout le patrimoine architectural et historique de la capitale oranaise. Dans sa déclaration à la presse, la ministre avait précisé que ce dossier technique de demande de classement du patrimoine historique de la ville d’Oran par l’UNESCO, englobe différents sites remontant à l’ère ottomane, ainsi que «les forteresses de défense historique de la ville d’Oran». On sait cependant que la plupart des grands sites datant des périodes espagnole et ottomane, dont le Palais du Bey, la mosquée du Pacha, les forts et fortifications de la conquête espagnole ont, depuis longtemps, déja fait l’objet de demandes d’inscription aux fichiers du patrimoine mondial géré par l’UNESCO.
Par ailleurs, beaucoup s’attendaient à ce que la responsable du secteur évoque plutôt les retards et les incertitudes qui pèsent depuis plusieurs années sur des projets de restauration et de réhabilitation de monuments historiques. À l’image de la Mosquée du Pacha, du Palais du Bey, et de quelques autres édifices moins connus du grand public mais bel et bien gravés dans l’histoire et la mémoire collective des Oranais. La ministre, Mme Mouloudji a également déclaré que «… Nous avons lancé un appel pour classer le théâtre régional d’Oran en monument culturel national». Les observateurs locaux avisés expriment là encore leur étonnement face à cette annonce laissant croire que le bel édifice de l’ancien opéra d’Oran, tout comme le splendide siège de la Mairie et ses deux lions en bronze ne seraient pas encore inscrits au patrimoine culturel architectural de la Ville. Il est vrai que le monument abritant le siège historique de la Mairie est à ce jour, et depuis plus de dix ans, fermé et abandonné à la ruine et à la dégradation malgré le projet de réhabilitation lancé depuis longtemps.
Par S.Benali