lundi , 28 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Energie</span>:<br><span style='color:red;'>Le pétrole monte avant les stocks américains</span>

Energie:
Le pétrole monte avant les stocks américains

Les prix du pétrole montaient mercredi en cours d’échanges européens, en attendant la publication des chiffres officiels américains sur les stocks de pétrole du pays, plus tard dans la journée.

Vers 09H20 GMT (11H20 HEC), le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l’InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l’énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 60,13 dollars à Londres, en hausse de 1,04% par rapport à la clôture de mardi.
À New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l’énergie pour la même échéance s’échangeait à 55,72 dollars, 1,44% de plus que la veille.
«Le recul impressionnant des stocks de pétrole brut estimé par l’American Petroleum Institute (API), organisation représentant le secteur du pétrole américain, a donné un coup de pouce au prix du baril», a expliqué Carlo Alberto de Casa, analyste chez ActivTrades. Selon ce rapport publié mardi par l’organisation professionnelle du secteur, les stocks de brut aux États-Unis, ont reculé de 11,1 millions de barils sur la semaine achevée le 23 août. Plus tard dans la journée, les investisseurs tourneront leurs regards vers les données de l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA), considérées comme plus fiables. Les analystes s’attendent à une baisse de 2,8 millions de barils de brut sur la semaine achevée le 23 août ainsi qu’à une baisse de 400.000 barils pour l’essence et à une hausse de 1,4 million de barils pour les produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d’un consensus compilé par l’agence Bloomberg.

Les producteurs continuent à baisser leur production

«Les cours du pétrole ont aussi été soutenus par le fait que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, ont produit nettement moins que les limites sur lesquelles ils s’étaient mis d’accord en juillet», a relevé Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group.
Selon un rapport du Comité de suivi de l’accord de l’OPEP (JMMC), publié mardi, les pays de l’OPEP et leurs alliés ont réduit en juillet leur production de près de 60% de plus que prévu. Ses réductions ont pour but de remédier à la faiblesse générale des prix du pétrole, et s’inscrivent dans un contexte économique incertain, avec un conflit commercial sino-américain qui menace la croissance mondiale.
«Toutes ces spéculations autour d’une récession, ont pesé sur les prix du pétrole récemment, et l’inversion de la courbe des taux (ces dernières semaines, ndlr), a déclenché plusieurs ruées vers les valeurs sûres, aux dépens de l’or noir», a résumé Craig Erlam, analyste chez OANDA.
Noreddine Oumessaoud