jeudi , 22 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Plusieurs secteurs touchés par la grogne</span>:<br><span style='color:red;'>Le PT appelle à la prise en charge des revendications des grévistes</span>
© OT / Lazreg

Plusieurs secteurs touchés par la grogne:
Le PT appelle à la prise en charge des revendications des grévistes

Le Parti des travailleurs a appelé hier, les autorités à ouvrir les portes à de véritables négociations et à répondre favorablement aux revendications socioprofessionnelles de plusieurs secteurs.

Le Secrétariat du Bureau politique du PT qui s’est réuni hier en session ordinaire, a affirmé dans un communiqué que «malgré l’amorce de dialogue et de négociation dans les secteurs où les travailleurs ont enclenché des mouvements de protestation et de grève, les revendications restent insatisfaites à cause des politiques d’austérité en vigueur (gel des recrutements, gel des salaires, réduction des budgets sectoriels…)». Il a appelé «les pouvoirs publics à ouvrir les portes à de véritables négociations et à répondre favorablement aux revendications socioprofessionnelles posées dans plusieurs secteurs d’activité et plus particulièrement dans le secteur de la Santé qui connaît une grève des médecins résidents depuis plus de trois mois».
Par ailleurs, le Secrétariat du Bureau politique (SBP), considère que les propos gravissimes tenus par un Vice-président de la Sonatrach, quelques jours seulement après l’intervention du président de la République, ordonnant un coup d’arrêt au retour à la politique de privatisation/ pillage/ prédation sous prétexte de partenariat, sont incompréhensibles et troublants à plus d’un titre. Le SBP, tout en prenant acte du démenti de la direction générale de la Sonatrach qui a désavoué les propos tenus par son Vice-président, exprime ses plus grandes inquiétudes surtout que ces déclarations sont intervenues après des propos tenus par les responsables du secteur évoquant la «nécessité» d’amender la loi sur les hydrocarbures pour lui donner plus d’«attractivité».
En effet, les déclarations du Vice-président de la Sonatrach annonçant la cession d’actifs des filiales de la Sonatrach sur simple autorisation du ministre de l’énergie, ont fait fi à la fois de la constitution, de la loi sur les hydrocarbures et des directives du président de la République qui a conditionné, dans sa dernière instruction adressée au premier Ministre et aux ministres, toute opération de partenariat par son accord préalable. Le SBP s’interroge: comment ce responsable a-t-il donc osé faire de telles déclarations ? Le SBP en appelle au président de la République pour stopper cette dérive qui vise un secteur vital pour la nation, qui faut-il le rappeler, a permis l’édification des bases matérielles de la nation.
Pour ce qui est du secteur du Commerce, le SBP a relevé la multiplication de déclarations pertinentes du ministre de la tutelle qui a établi à plusieurs reprises qu’il y a péril en la demeure dans le secteur du Commerce extérieur.
Pour le SBP, les constats du ministre du Commerce notamment sur l’iniquité de l’Accord d’association avec l’Union européenne, appellent à la prise de décisions politiques à la hauteur des dangers qui guettent le pays. Le SBP rappelle que l’article 11 de l’accord d’association avec l’UE, prévoit la possibilité de dénoncer ce dernier lorsque les équilibres financiers sont défavorables à l’économie nationale, ce qui est le cas pour notre pays qui a enregistré trois années successives de déficit de sa balance commerciale. Aussi, le SBP considère que les propos tenus par le ministre du Commerce qui a appelé à un bilan de l’économie nationale qui a relevé également que les aides accordées par l’Etat dans le cadre des différents programmes d’aides à l’investissement (ANDI, CKD, SKD, partenariat…), n’ont pas donné les résultats escomptés dans l’industrie et qui a souligné que le secteur privé n’est présent essentiellement que dans les travaux publics et services, appellent des mesures et des corrections courageuses et hardies.

Alger: Samir Hamiche