samedi , 2 juillet 2022
<span style='text-decoration: underline;'>JO</span>:<br><span style='color:red;'>Le report des Jeux à 2021 oblige un géant de la publicité à renoncer à ses objectifs</span>

JO:
Le report des Jeux à 2021 oblige un géant de la publicité à renoncer à ses objectifs

Le géant japonais de la publicité, Dentsu, a  annoncé mercredi avoir abandonné ses prévisions de résultats pour 2020,  suite au report des Jeux olympiques de Tokyo en raison de la crise  économique mondiale engendrée par la pandémie du nouveau coronavirus.

«Le Covid-19 entraîne une baisse de la demande dans toute notre industrie,  et nous ne sommes pas immunisés», a commenté le PDG du groupe Toshihiro  Yamamoto, cité dans un communiqué. «Cela met sous pression nos performances tant au Japon qu’à  l’international, ce qui nous fait anticiper une baisse importante de nos  recettes pour l’exercice 2020», a-t-il ajouté. Tombé dans le rouge en 2019, Dentsu misait beaucoup sur les JO de Tokyo,  dont il est l’agence marketing exclusive, pour se refaire une santé cette  année. Mi-février il avait dit anticiper un bénéfice net de 46,7 milliards  de yens cette année. Mais les Jeux ont été reportés à l’été 2021 en raison de la pandémie, et  leur annulation pure et simple l’an prochain n’est pas exclue par les  organisateurs si un vaccin n’est pas largement disponible d’ici là.
Au premier trimestre 2020, Dentsu est toutefois revenu dans le vert, avec  un bénéfice net de 15,3 milliards de yens (environ 130 millions d’euros),  contre une perte nette de 620 millions de yens un an plus tôt. Son bénéfice opérationnel a quasi doublé sur un an, pour atteindre 24,7  milliards de yens. Le groupe a expliqué ces progrès par son plan de restructuration annoncé en  décembre dernier, ainsi qu’à des mesures additionnelles de réduction de ses  coûts prises pour faire face à la pandémie. Dentsu a lancé fin 2019 une restructuration de ses activités dans sept  marchés étrangers.  «La transformation de nos activités à l’international va simplifier notre  offre pour fournir des solutions sur mesure à nos clients. La  restructuration annoncée en décembre 2019 avance comme prévu et les  économies annoncées pour 2020 et 2021 seront au rendez-vous», a assuré Yamamoto.
Entre janvier et mars, le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 0,9%  à 252,74 milliards de yens (environ 2,14 milliards d’euros), soutenu par  ses activités au Japon, qui ont compensé le recul de ses ventes à  l’étranger, surtout en Chine et en Australie. Si le groupe a annulé ses prévisions annuelles, il a en revanche maintenu  sa perspective d’un dividende de 95 yens par action au titre de 2020 et a  assuré que sa position financière était «solide».