lundi , 17 mai 2021

...:
Le tourisme du «bouche à oreille»

En ce début d’année qu’on annonce comme prometteuse pour le tourisme saharien, l’actualité touristique est plutôt intéressante, disent les professionnels. Des visiteurs dans le sud du pays, il y en a eu et même des étrangers. Les aéroports du sud du pays connaissent une activité, à défaut d’être impressionnante, elle est au moins notable. Et dans le lot de touristes qui viennent visiter les merveilleux paysages de notre grand sud à nous, on a aperçu des Européens ! Donc, un apport en devises fortes. Ledit apport est insignifiant, mais peut ouvrir l’appétit des voyagistes. Il faut dire qu’aux dires des professionnels du secteur, il y a de quoi être raisonnablement optimiste, puisque pas mal de touristes reviennent l’année d’après, avec dans leur bagages d’autres touristes.
A côté de ce flux en hausse pour la destination Sud du pays, il y a la médiatisation, un facteur éminemment important pour doper le tourisme dans cette belle et prometteuse région du pays, en cette période hivernale précisément. C’est pourquoi, les innombrables reportages sur le tourisme au Sahara, sont les bienvenus. Cela dit, les potentiels clients nationaux et internationaux auront certainement constaté que les personnages des reportages télévisés, ont généralement un trait commun. Ils sont tous âgés de plus de 60 ans et semblent très fatigués par le voyage qu’ils ont fait dans un avion bruyant. Très peu de jeunes et beaucoup de vieux qui veulent, sans doute, profiter du soleil algérien pour atténuer leurs arthrites ou leurs rhumatismes.
Ce qu’ils disent est aussi très intéressant. Résumons: le tourisme en Algérie profite grandement du «Bouche à oreille» de vieilles personnes. Très peu évoquent les nombreux Salons du tourisme auxquels les nôtres prennent part, ni un hypothétique spot diffusé par une télévision occidentale ou l’une des chaînes nationales satellitaires. Non, c’est le cousin du copain du mari à la sœur qui fait découvrir les beautés du grand sud aux vieux touristes étrangers. Tous ces enseignements nous les devons à nos chaînes de télévision qui, quoi qu’en dise, font correctement leur travail sur ce volet.
Mais il ne faut pas pour autant désespérer. Ce n’est pas mal du tout que des dizaines d’Occidentaux viennent visiter le sud du pays. Seulement, si l’on ne comptait que sur le «téléphone arabe» pour faire avancer les choses. Ce n’est pas demain la veille que nous aurons une véritable industrie du tourisme.

Par Smaïl Daoudi