jeudi , 4 mars 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Une figure de la littérature s’en va</span>:<br><span style='color:red;'>L’écrivaine Oum Siham est décédée</span>

Une figure de la littérature s’en va:
L’écrivaine Oum Siham est décédée

La ville d’Oran vient de perdre une grande dame de la culture en la personne de Oum Siham connue dans plusieurs domaines, de l’enseignement Attahdib, les conférences et l’écriture. L’icône de la poésie à Oran, de son vrai nom Amaria bilal, est décédée lundi soir à l’âge de 82 ans, a-t-on appris mardi de la directrice de la Maison de culture d’Oran «Bakhta Kouadri».

Oum Siham était présente dans toutes les rencontres culturelles, conférences ou expositions, on la rencontre à tous les événements sur la culture Algérienne ou autre. Madame Oum Siham, toujours présente, participe aux débats, elle était très estimée par ses anciens élèves du lycée qui parlent toujours du bien d’elle et de l’enseignement qu’elle leur a prodigué. Les commetaires sur facebook de la part de ses admirateurs en dit long sur sa carrière. Une grande dame, une enseignante de la littérature arabe, une écrivaine et poétesse, une femme du peuple, une femme respectueuse et respectée qui nous a habitués à son image de femme de culture et civilisée. Oum Siham possède une riche bibliographie, notamment des recueils de poèmes comme «Abdjadiat novembre», «Zamane El-Hissar», «Zamane El-ouilada», «Ightial El-Fadjr», «Chahida âala El-Asr», «Filistine», entre autres poèmes glorifiant les actes héroïques de moudjahidine et des chouhada de la glorieuse Guerre de libération nationale et de la lutte du peuple palestinien.
La défunte a également tenté l’expérience de l’écriture de nouvelles et a produit plusieurs recueils, notamment «Erassif El-Beyrouti» et «Yaoumiyate Oum Ali», qui ont paru chez l’Entreprise nationale du livre, en plus de ses participations dans les pages culturelles de différents quotidiens nationaux, de nombreuses critiques littéraires notamment.
Femme de lettres et poétesse, Amaria Bilal a fait ses études dans plusieurs villes avant de s’établir à Oran où elle a terminé ses études à la Faculté de lettres et de sciences humaines et a obtenu son diplôme en 1973 pour intégrer le secteur de l’Education nationale comme professeur dans le cycle secondaire jusqu’à sa retraite.
Adda.B