samedi , 24 juillet 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Lutte anti-Covid à Aïn El Türck</span>:<br><span style='color:red;'>L’EH «Thami Medjbeur» sur le pied de guerre</span>

Lutte anti-Covid à Aïn El Türck:
L’EH «Thami Medjbeur» sur le pied de guerre

Indubitablement, l’Établissement hospitalier «Thami Medjbeur» d’Aïn El Türck va devoir désormais s’adapter à la conjoncture épidémiologique actuelle marquée par une hausse vertigineuse de cas de contamination au Covid 19 et ses variants « Alpha » et « Delta » notamment, en comptant sur ses propres moyens infrastructurels pour la prise en charge des admissions urgentes.

La reconversion conjoncturelle de quelques services de gastro-entérite, de médecine interne ou encore de pneumologie, en espaces « Covid », en complément de celui déjà existant composé de 12 lits, s’avère un choix incontournable, explique la directrice générale de l’EH, Mme Goual, qui confie qu’en fait, le pied de guerre dans la lutte anti-Covid n’a jamais été levé mais s’est plutôt renforcé ces jours ci par une mobilisation intrinsèque du personnel médical et paramédical. Les capacités d’accueils pour les cas Covid étant actuellement majorées à environ 40 lits consécutivement à la réquisition des services cités plus haut, celles-ci, pourraient être rehaussées dans la nécessité absolue, mais ne sauraient être transcendées au-delà d’une certaine limite.
La crainte, comprend-on implicitement, ne viendrait pas des moyens de lutte à la disposition de l’EH ou du savoir-faire de son personnel médical et paramédical, mais de la saison estivale qui draine en ces temps caniculaires, un flux important de citoyens vers la région ainsi que la fatidique inobservation des mesures préventives, chichement constatée ces derniers mois à travers les villes du territoire national et plus subséquemment dans la daïra d’Aïn El Türck. Comme quoi, la lutte contre la pandémie est plus engagée sur le terrain du comportement hostile et rébarbatif du citoyen vis-à-vis du virus et de la vaccination que de la pandémie elle-même.
Un combat difficile qu’il faudra absolument relancer par tous les moyens possibles pour persuader le citoyen à adopter les gestes barrières en portant le masque, en marquant la distanciation sociale et se faire vacciner coûte que coûte, quitte à rendre la vaccination obligatoire si cela s’imposait, voire même un confinement partiel plus adapté et rigoureux. La troisième vague étant désormais réelle et présente, explique Mme Goual, la prise de conscience citoyenne doit être effective et concrète afin de palier à un envahissement des structures sanitaires dont la quasi-totalité est à la limite de la saturation.
Les récentes décisions des autorités sanitaires du pays prises dans le sens du raffermissement de l’application stricte des mesures préventives dans les transports en commun, les marchés et les commerces ainsi que l’interdiction des réunions de familles quelque soit le motif, sont autant de précautions qui permettront assurément d’atténuer la pression sur les structures sanitaires chargées de la prise en charge des cas Covid. Toutefois, les citoyens, doivent faire preuve du même sens de responsabilité en respectant les décisions décrétées par les autorités sanitaires et comprendre qu’en plus de ces mesures préventives, la vaccination demeure le seul bouclier contre la propagation de la pandémie, voire même sa neutralisation. D’autant plus que, les centres de vaccinations et les vaccins sont disponibles dans la daïra d’Aïn El Türck.
Etant le seul centre anti-covid dans toute la daïra d’Aïn El Türck, il est tout à fait légitime que l’appel à plus de vigilance et de prévention soit émis par les personnels et encadrement de l’EH « Thami Medjbeur », les premiers à être en ligne de front et lourdement confrontés à un rebondissement dramatique de la pandémie. Par ces temps de grande menace, il serait judicieux de mettre à contribution les associations locales et la société civile d’Aïn El Türck, pour mener des campagnes de proximité de sensibilisation auprès de la population locale, dont le relâchement est des plus ahurissant, comme cela est donné de l’observer quotidiennement dans les marchés, cafés et autres espaces publics. Il est encore plus ahurissant de constater que la vie se déroule à Aïn El Türck et ses communes limitrophes, comme si la pandémie n’existait pas.
Karim.B