jeudi , 22 octobre 2020

:
L’enseignement d’une crise

Le Groupe pharmaceutique SAIDAL, s’est lancé pour la première fois dans la production du gel hydro-alcoolique, un produit fortement demandé sur le marché dans le contexte de la pandémie du coronavirus. Cette initiative vient confirmer un élan sans précédent de la part des entreprises publiques et privées qui n’ont pas hésité à se lancer dans la production de tout ce qui se rapproche de la lutte contre le coronavirus, afin de permettre au pays de faire face à la situation avec un minimum de dépendance de l’étranger. Il faut dire, cependant, que l’attente et la demande sont tellement importantes que tout ce qui se fait présentement ne mettra pas le pays véritablement à l’abri du besoin. Que se soit en matériel de désinfection, en médicaments ou en produits paramédicaux, l’état des lieux fait ressortir un manque qu’il va falloir compenser par les importations. En cela, le chef de l’Etat n’a pas hésité un seul instant à afficher la détermination de l’exécutif à ne rien laisser au hasard.
L’Algérie aura tout ce qu’il faudra pour passer le cap de l’épidémie avec un minimum de dégâts. Aux Algériens de faire montre de patience, pour la simple raison que le facteur temps est incompressible. Mais il est clair que l’Etat, les opérateurs économiques et l’ensemble des acteurs de la société civile, sont mobilisés et travaillent tous avec la même détermination à faire faire au pays un pas en avant dans le sens de la gestion de crise. C’est pour dire que l’épidémie a véritablement mis tout le pays en ordre de bataille. Il y aura certainement quelques défaillances, ici ou là. On assistera sans doute à quelques comportements qui étonneront les Algériens, mais dans cette épreuve nationale, il est clair que la notion de Nation est totalement méritée.
L’Algérie n’est pas du tout un Ghachi ou quelque chose qui s’en apparente. C’est bel et bien un grand pays, une communauté de destin et des citoyens qui font corps avec leur Etat dans un moment où il n’est pas attendu des uns et des autres de se tirer dans les pattes, ni de se trouver des défauts.
En fait, Saïdal a fait la démonstration à son échelle de ce que l’Algérie est capable en temps de crise. Cela pour dire que ce qu’il faut retenir de cette immense mobilisation, c’est cette efficacité qu’il va falloir traduire en d’autres circonstances, moins critiques.
Par Nabil.G