mercredi , 25 novembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>La compagnie traverse une zone de turbulences </span>:<br><span style='color:red;'>L’équilibre financier d’Air Algérie fragilisé par plusieurs charges</span>
© D.R

La compagnie traverse une zone de turbulences :
L’équilibre financier d’Air Algérie fragilisé par plusieurs charges

La compagnie nationale de transport aérien Air Algérie, traverse actuellement, une véritable zone de turbulences à cause notamment des mouvements de protestation répétitifs et une situation financière peu reluisante qui est le résultat de la concurrence et la hausse des charges qu’il faut couvrir par l’entreprise. 

Ce constat a été fait hier par le directeur de la Division commerciale de la compagnie nationale Zohir Houaoui. Intervenant sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, le responsable a affirmé qu’Air Algérie fait face à des charges importantes, ce qui a rendu son équilibre financier fragile.
Les charges en question concernent en premier lieu «la masse salariale qui devrait se situer entre 18 et 20% des charges, ainsi qu’aux coûts d’exploitation relatifs à la maintenance et au carburant», a-t-il précisé. Toutefois, malgré les charges financières causées par des points cités par l’invité de la chaîne III, Air Algérie n’envisage pas d’augmenter les prix des prestations car, la concurrence des autres compagnies ne le permet pas.
En effet, M. Houaoui a précisé qu’en dépit de cette délicate situation, le même responsable a avancé que cette compagnie aérienne exclut toute augmentation des prix de ses prestations: «Cela n’est pas possible parce que nous évoluons dans un environnement concurrentiel».
Actuellement, a-t-il précisé, 22 compagnies aériennes activent dans le marché algérien. Interrogé sur la grève du personnel navigant commercial observée lundi dernier pour revendiquer des augmentations salariales, il l’a considérée comme «illégale» et rejetée par la justice car, le préavis de grève déposé le 31 décembre dernier, était entaché d’irrégularités. Il a, cependant, rappelé qu’un accord prévoyant cette augmentation des salaires, avait été conclu avec les membres de cette profession il y a une année, soulignant que cet accord n’est pas remis en cause mais qu’il s’agit seulement d’un gel factuel. A la question d’une éventuelle révision de la grille des salaires, M. Houaoui a affirmé que cette revendication ne pouvait pas se concrétiser dans le contexte actuel du fait des équilibres financiers fragiles de l’entreprise. Air Algérie «n’est pas dans la capacité de pouvoir assurer cette augmentation salariale au détriment de son équilibre financier» a-t-il fait valoir en ajoutant que la compagnie se trouve dans une situation «difficile» dans le sens où elle ne pourrait pas se permettre de pouvoir assurer une telle révision des salaires. Mais une fois que la situation financière s’améliorera, a-t-il soutenu, l’entreprise prendra en charge cette revendication soulevée par le personnel. Selon lui, les 9.000 employés d’Air Algérie dont le personnel navigant, avait déjà été informés des contraintes financières auxquelles fait face Air Algérie. Abordant, par ailleurs, le développement à l’international de la compagnie, le même responsable a fait savoir que de nouvelles lignes aériennes seront ouvertes pour desservir des pays de l’Afrique subsaharienne comme le Tchad et le Cameroun.
Alger: Samir Hamiche