vendredi , 27 mai 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Suite à la baisse des contaminations par la Covid-19</span>:<br><span style='color:red;'>Les activités médicales reprendront progressivement dans les hôpitaux</span>

Suite à la baisse des contaminations par la Covid-19:
Les activités médicales reprendront progressivement dans les hôpitaux

Suite à l’importante baisse des cas de contaminations par le coronavirus et la fermeture de nombreux services de la Covid-19 au niveau des hôpitaux, le ministère de la Santé a décidé de relancer d’une manière progressive les différentes activités médicales.

Après avoir joué leur rôle dans la lutte contre la pandémie en accueillant pendant plusieurs mois les patients du coronavirus, les structures de santé ont été désinfectées et stérilisées en vue de relancer les activités médicales. Leur conversion à la lutte contre la pandémie a été décidée par la tutelle, en septembre 2020. Une instruction avait été donnée pour la suspension des activités médicales et la décision de reprise, tributaire du recul des contaminations, doit être prise en fonction des spécificités de chaque établissement. La mobilisation des structures hospitalières contre le coronavirus n’a pas empêché de maintenir un certain nombre d’activités médicales dans le public comme dans le privé. Il s’agit des services d’urgence médico-chirurgicale, de pédiatrie et de chirurgie pédiatrique, de gynécologie, de chirurgie générale, d’oncologie et d’hémodialyse.
Le directeur général des services sanitaires au ministère, Pr. Lyes Rehal a indiqué à l’agence APS que le département de la Santé avait donné «les instructions nécessaires pour gérer la crise en cas d’augmentation ou de recul des contaminations, les comités locaux, les conseils scientifiques et les établissements hospitaliers devant gérer la situation pandémique en fonction des cas enregistrés et de la spécificité de leurs activités».
À l’hôpital Mustapha Bacha, toutes les activités médicales suspendues seront relancées suite à la baisse des contaminations par la Covid-19, a affirmé Pr. Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales. Le même responsable a affirmé qu’au niveau de cet établissement, un repos a été accordé aux employés mobilisés contre la Covid-19 pour se préparer à d’éventuelles vagues.Il a fait savoir que la reconversion des différents services dans les hôpitaux en services covid a poussé certains patients atteints de maladies chroniques, de maladies auto-immunes et de sclérose en plaques de se tourner vers le secteur privé.
Le Pr. Belhadj a indiqué, toutefois, qu’en dépit de la mobilisation des personnels dans la lutte contre le coronavirus, a ouvert le service d’orthopédie exceptionnellement durant l’Aïd El-Adha. «Même si les personnels ont été exclusivement mobilisés pour la prise en charge des patients atteints de covid-19 au détriment des autres activités médicales, l’EHU a ouvert le service d’orthopédie exceptionnellement durant l’Aïd El-Adha pour prendre en charge les blessures résultant de l’immolation du mouton», a-t-il affirmé. Le responsable au sein du ministère de la Santé a ajouté, dans ce cadre que «même si les cas ont baissé, les services de diabétologie, de pneumologie et de chirurgie générale B de l’EHU restent affectés à la prise en charge des cas Covid», précisant qu’une cinquantaine de malades y sont actuellement hospitalisés.
Pour ce qui est de la vaccination, celle-ci a été relancée dans 3 services de l’hôpital Mustapha Bacha, a indiqué Pr. Belhadj, regrettant que certains membres du personnel ne soient pas encore vaccinés.Le même responsable a affirmé que «le taux de vaccination est de 20% seulement», estimant que «cela risque d’entraver les activités de l’établissement en cas de nouvelle vague qui pourrait les toucher».
Il convient de signaler que dans certaines structures de santé, les activités médicales n’ont pas été gelées dans leur ensemble. C’est le cas de l’EHS de rééducation fonctionnelle d’Azur Plage (Alger). Selon le directeur général de cet établissement, les activités de l’hôpital «n’ont pas été complètement suspendues même durant le pic des contaminations où plusieurs salles ont été affectées aux cas Covid. Avec l’amélioration de la situation épidémiologique, les responsables de l’établissement comptent reprendre progressivement toutes les activités».
De son côté, le DG l’EPH de Zeralda, Moussa Zeghdoudi, a affirmé qu’au sein de cet établissement, «toutes les activités assurées d’ordinaire ont repris, à l’instar de la médecine interne, la chirurgie maxillo-faciale».Il a relevé que les services de gynécologie obstétrique, de pédiatrie et de chirurgie générale étaient opérationnels durant le pic des contaminations covid-19.Aussi, au niveau de l’EHU «Nafissa Hamoud» (ex Parnet), les services avaient repris leurs activités et commencé, depuis près d’une semaine, la réception des patients, rappelant, à titre d’exemple, les services d’ophtalmologie et de néphrologie qui ont programmé des patients nécessitant une opération de greffe de la cornée et d’un rein, en sus des autres consultations médicales, a indiqué sa directrice générale, Keltoum Zahi.
Elle a précisé que moins de 10 cas positifs au covid-19 se trouvent actuellement à l’EHU «Nafissa Hamoud», ce qui a permis d’accorder des congés et des jours de récupération aux staffs médicaux qui ont travaillé d’arrache-pied lors des pics de contamination.
Pour sa part, le Chef de service de cardiologie au même CHU, Pr Djamal Eddine Nibouche, a affirmé que le service avait repris son activité fin août dernier, soulagé de la pression qu’il subissait du fait de la prise en charge des cas covid-19. Le praticien affirme être «soulagé» du faible nombre de cas enregistrés en Algérie lors des précédentes vagues contrairement à la situation qu’a connue l’Europe, chose, a-t-il dit, «qui a quelque peu aidé à «contrôler la situation».
Samir Hamiche

Répondre