mardi , 21 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Le Comité scientifique donne son feu vert</span>:<br><span style='color:red;'>Les Algériens et les étrangers peuvent désormais entrer au pays</span>

Le Comité scientifique donne son feu vert:
Les Algériens et les étrangers peuvent désormais entrer au pays

Le Comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus a donné son feu vert pour le retour des Algériens au pays ainsi que l’entrée des étrangers sur le territoire national.

L’ annonce de la levée des restrictions de voyager vers l’Algérie a été annoncée jeudi dernier par le ministre de la Santé, Abderahmane Benbouzid lors de son déplacement à la wilaya de Blida. L’entrée au pays, qui permettra le rapatriement des citoyens bloqués à l’étranger, est soumise à une série de conditions strictes, a précisé M. Benbouzid. «Nous avons mené une étude et donné des instructions, selon les orientations du Comité scientifique, en vue d’autoriser prochainement l’entrée des Algériens et des étrangers sur le territoire national, mais dans le cadre de mesures très strictes», a précisé le ministre.
Le voyageur doit présenter un test PCR de moins de 36 heures en plus d’un test antigénique à son arrivée, a indiqué le ministre de la Santé en marge de sa visite au service des maladies infectieuses à l’établissement hospitalier de Boufarik.
Dans le cas de résultat positif, le voyageur doit être soumis à un confinement de dix jours. «Les personnes entrant en Algérie, ressortissants ou étrangers, devront présenter, à leur arrivée, un test PCR de moins de 36 heures, et se soumettre à des tests que nous estimons fiables», a-t-il souligné.
Le ministre a fait savoir que les frais des tests et du confinement sont à la charge des personnes concernées par ces mesures. «Les sujets négatifs seront autorisés à entrer et seront informés des recommandations et consignes à suivre. Les sujets positifs seront, quant à eux, soumis à un confinement de 10 jours», précisant que les frais du confinement et des examens subis à l’arrivée seront à la charge du concerné.
Pour ce qui est des nouvelles souches du coronavirus, des mesures supplémentaires seront exigées pour les personnes qui effectueront le voyage depuis des pays dans lesquels des variants de la Covid-19 ont été détectés. «Les voyageurs en provenance de pays où les variants sont très répandus, seront soumis à d’autres examens, sachant que les symptômes n’apparaissent pas systématiquement dès le début de la contamination», a-t-il déclaré. Le membre du gouvernement a rappelé que la réouverture des frontières ne constitue pas une prérogative de son département.
Dans le même contexte, il a affirmé que que l’Algérie a des relations économiques et commerciales avec certains pays et qu’il y a des étrangers qui viennent dans ce cadre, et par conséquent, a-t-il ajouté, les mesures prises s’inscrivent dans le cadre de la protection de nos concitoyens contre les nouveaux variants».

De nouveaux cas du variant indien détectés

Par ailleurs, le ministre a annoncé lors sa visite effectuée à Boufarik que 14 nouveaux cas du variant indien ont été enregistrés dans le Sud du pays et à Tizi Ouzou.»Treize (13) cas du variant indien du coronavirus ont été enregistrés dans le Sud du pays et un autre cas à Tizi Ouzou portant le total à 20 cas», a détaillé M. Benbouzid. Concernant les raisons de l’apparition de ces cas, il a rappelé qu’il y a des travailleurs indiens et chinois qui travaillent dans des bases de vie au Sahara et dans d’autres régions du pays.
Il convient de rappeler que l’Institut Pasteur avait annoncé le 3 mai courant la découverte, pour la première fois en Algérie, de 6 cas d’infection par le variant indien à Tipasa.
Interrogé sur la fabrication locale du vaccin contre le coronavirus, M. Benbouzida rappelé que le ministre de l’industrie pharmaceutique avait annoncé la fabrication du vaccin russe Sputnik V septembre prochain avec possibilité de fabriquer d’autres vaccins. Dans ce cadre, le ministre a salué «les efforts consentis dans ce sens avec l’aide des parties concernées et sur recommandations du Président de la République».
Samir Hamiche