dimanche , 27 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Coopération entre l’Algérie et l’Italie</span>:<br><span style='color:red;'>Les deux pays disposés à œuvrer pour le développement de leurs relations</span>

Coopération entre l’Algérie et l’Italie:
Les deux pays disposés à œuvrer pour le développement de leurs relations

La ministre de l’Intérieur de la République d’Italie, Mme Luciana Lamorgese, qui a effectué hier une visite en Algérie, a souligné la volonté de son pays de renforcer les relations algéro-italiennes et de les développer davantage.

L’Algérie et l’Italie sont liées par des relations historiques dans de nombreux domaines. La dernière action en date qui démontre la profondeur des relations entre les deux pays de la méditerranée est l’envoi par l’Algérie des aides médicales en Italie, très touchée par la pandémie du coronavirus.
L’objectif de développer les relations entre les deux pays a été souligné par le ministre de l’Intérieur de la République d’Italie, Mme Luciana Lamorgese, dans une déclaration à la presse, à l’issue de l’audience que lui a accordée, hier matin, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, affirmant que l’Italie souhaite d’établir une coopération «plus large». La ministre de l’Intérieur italienne a été reçue par le chef de l’État en présence des membres de la délégation accompagnant la ministre italienne, du directeur de cabinet de la Présidence de la République, du ministre des Affaires étrangères, et du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire.
«Nous avons réitéré notre volonté de renforcer davantage notre relation avec l’Algérie qui date depuis longtemps déjà», a déclaré la ministre au cours de l’entrevue.
La ministre a affirmé aussi que son déplacement en Algérie constitue une opportunité pour examiner les voies afin d’améliorer davantage la coopération entre les deux pays.
Mme Luciana Lamorgese a souligné ensuite l’appréciation de son pays pour «cette nouvelle page qui s’ouvre en Algérie». La ministre a également indiqué avoir présenté les «remerciements» de l’Italie à l’Algérie pour l’aide qu’elle lui a envoyée lorsqu’elle a été confrontée à l’épidémie du coronavirus.
Elle a précisé que «sa visite constitue également une opportunité pour réitérer la volonté de son pays de coopérer avec l’Algérie dans plusieurs domaines». La ministre a souligné les domaines évoqués lors de son entrevue avec le chef de l’État dans lesquels les deux pays espèrent accroitre le niveau de coopération.
Il s’agit, selon elle, du domaine sécuritaire et du domaine de la Protection civile en cas de sinistres et de catastrophes naturelles.
Mme Lamorgese a estimé que cette visite sera «suivie par d’autres», indiquant que le Président Tebboune l’a chargée de transmettre ses salutations à son homologue italien Sergio Mattarella.
Par ailleurs, Mme Luciana Lamorgese, au cours de sa visite en Algérie, a été également reçue par son homologue algérien, à savoir le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Kamel Beldjoud.
La rencontre entre les deux ministres a constitué une occasion pour exprimer la volonté de l’Algérie et de l’Italie de développer leurs relations. Ils ont également mis en exergue la «pleine» disposition des deux pays à développer leurs relations «privilégiées».
«Je suis convaincue que nous avons jeté les bases d’une nouvelle coopération bilatérale entre nos deux pays qui travaillent constamment dans le cadre du partenariat et de l’esprit d’amitié», a déclaré la ministre de l’Intérieur italienne.
De son côté, M. Beldjoud a déclaré à la presse que les deux pays, qui entretiennent des relations «privilégiées», œuvrent à les développer dans divers domaines.
«L’Algérie et l’Italie ont exprimé leur pleine disposition à œuvrer au développement de leurs relations, les discussions bilatérales ont porté également sur plusieurs aspects qui intéressent les deux parties», a détaillé encore M. Beldjoud.
Alors que les deux pays qui s’étalent sur la méditerranée ont été touchés par l’immigration clandestine, les voies de lutte contre ce phénomène ont été soulignées par Mme Luciana Lamorgese.
La ministre a affirmé que le nombre de migrants algériens clandestins en Italie est «très faible» par rapport à d’autres pays. L’Algérie «assume ses responsabilités» et prend les décisions qui s’imposent à ce sujet, a-t-elle assuré.
Mme Lamorgese a indiqué enfin que «l’Algérie et l’Italie disposent de tous les atouts pour aller de l’avant dans nos relations, à travers une large coopération dans divers domaines notamment pour ce qui est des flux migratoires et de toutes les aides que pourrait apporter la protection civile», «saluant l’expertise exceptionnelle de la protection civile en matière de séismes et des situations d’urgence».
Samir Hamiche