jeudi , 25 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Affaire «GB pharma»</span>:<br><span style='color:red;'>Les jugements confirmés par la Cour d’Alger</span>

Affaire «GB pharma»:
Les jugements confirmés par la Cour d’Alger

La Cour d’Alger a confirmé hier les jugements rendus en première instance contre les mis en cause impliqués dans l’affaire de «GB pharma» et le financement occulte de la campagne électorale de la présidentielle annulée d’avril 2019.

En effet, en fin du novembre dernier, le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) avait prononcé, dans la même affaire, une peine de 5 ans de prison ferme à l’encontre de deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et acquitté l’ancien ministre des Transports et des Travaux publics, et directeur de campagne de l’ex-Président, Abdelghani Zaâlane. Ainsi, Ouyahia et Sellal sont accusés d’octroi de privilèges injustifiés au Groupe Condor et à ses filiales, dont des facilitations pour la réalisation d’une usine de fabrication de médicaments “”GB Pharma» outre l’abus de pourvoir dans la conclusion de marchés avec l’opérateur public de téléphonie mobile «Mobilis».
Quant à eux, les frères Benhamadi sont également poursuivis pour participation au financement de la campagne électorale de l’ex-Président Abdelaziz Bouteflika, à travers un compte bancaire ouvert spécialement pour recueillir les apports financiers de parties sans aucun lien avec l’élection.
A rappeler que le Procureur général près la Cour d’Alger a requis, la semaine passée, une peine de 10 ans de prison assortie d’une amende de 1 million de dinars contre les anciens Premiers ministres, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia et 3 ans de prison contre l’ancien ministre, Abdelghani Zaalane, poursuivis pour corruption dans l’affaire de «GB Pharma», filiale du groupe Condor, propriété de la famille Benhamadi et le financement occulte de la campagne électorale de l’ex-Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Le procureur général avait également requis la saisie des objets confisqués énoncés dans le procès-verbal du rapport du conseiller-instructeur près la Cour suprême.
Fin novembre dernier, rappelons-le, le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) avait prononcé dans cette affaire une peine de 5 ans de prison ferme à l’encontre de Ouyahia et Sellal, et acquitté l’ancien ministre des Transports et des Travaux publics, et directeur de campagne de l’ex Président Bouteflika, Abdelghani Zaâlane.
Noreddine Oumessaoud