jeudi , 25 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Tribunal de Sidi M’Hamed</span>:<br><span style='color:red;'>Les Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme</span>

Tribunal de Sidi M’Hamed:
Les Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme

Le Tribunal de Sidi M’Hamed (Alger) a rendu public hier son verdict dans le procès de l’affaire des Frères Kouninef où de lourdes peines d’emprisonnement ont été prononcées.

Poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation qui sont liés notamment à la corruption, les accusés ont écopé des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme, en plus d’amendes avec saisie de leurs biens aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Le Tribunal a prononcé également la sentence de 8 millions de dinars d’amende à l’encontre de chacun des frères Kouninef. Ainsi, le Tribunal a condamné Réda à 16 ans de prison ferme, Tarek-Noah à 15 ans de prison ferme et Abdelkader-Karim à 12 ans de prison ferme. Le gérant du groupe KouGC dont les frères Kouninef sont les propriétaires, Keddour Ben Tahar a quant à lui été condamné à 8 ans de prison ferme.
Les quatre accusés doivent payer une amende de 8 millions de DA chacun, et leurs biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays seront saisis, selon le verdict prononcé par la juge.
Pour ce qui est de la nature des griefs, il s’agit notamment de «trafic d’influence», «blanchiment d’argent», «obtention d’indus avantages», «détournement de fonciers et de concessions», et «non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics».
À signaler qu’au terme de ce procès qui s’est déroulé du 9 au 14 septembre, une peine de 20 ans de prison ferme avec émission d’un mandat d’arrêt international a été prononcée par le Tribunal.
Cette peine est prononcée à l’encontre de la sœur des frères Kouninef à savoir Souad-Nour Kouninef qui se trouve en fuite à l’étranger. Celle-ci est visée par la décision de justice qui consiste à saisir les biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et une amende de 8 millions de DA. Souad-Nour est également visée par un mandat d’arrêt international pour le fait qu’elle se trouve en fuite à l’étranger.
À signaler qu’en plus des frères Kouninef, d’autres fonctionnaires ayant exercé dans quelques départements ministériels ont été également condamnés à des peines différentes. Les autres personnes impliquées dans l’affaire, essentiellement des cadres des ministères de l’Industrie, de l’Agriculture, des Ressources en eau, de l’Energie et des Télécommunications ainsi que d’autres secteurs où le groupe KouGC a obtenu des marchés, ont été condamnés à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison ferme et des amendes allant de 200.000 DA à un million de DA. Après l’annonce du verdict par le tribunal de Sidi M’Hamed, la défense des frères Kouninef a décidé de faire appel du jugement.
À rappeler que le 12 septembre dernier, le procureur auprès de tribunal de Sidi M’hamed a requis des peines allant de 15 à 20 ans ainsi que la saisie de tous les biens à l’intérieur et l’extérieur du pays contre les frères Kouninef, gérants du groupe Kougc. Le procureur a requis 18 ans de prison ferme et une amende de 8 millions de dinars contre Réda Kouninef, ainsi que la saisie de tous ses biens mobiliers et financiers dans le pays et à l’étranger.
Il a également requis une peine de 15 ans de prison ferme et 8 millions de dinars d’amende à l’encontre de Tarek-Noah et Abdelkader-Karim Kouninef.
Par ailleurs, à l’encontre de Souad Nour qui est en fuite à l’étranger, le procureur a requis 20 ans de prison, et une amende de 8 millions de dinars suivis de la saisie de tous ses biens. Aussi, un mandat d’arrêt international est lancé contre elle. Le procureur a requis 10 ans de prison à l’encontre du gérant au sein du groupe KOUGC, Keddour Ben Tahar.
S’agissant des cadres et responsables des différentes administrations au sein des ministères de l’industrie, l’Agriculture, de l’Hydraulique et de l’énergie et télécommunication, le procureur a requis des peines allant de 3 à 6 ans de prison ferme avec des amendes d’un million de DA.
Samir Hamiche