lundi , 6 juillet 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Les zones d’ombre, l’industrie, l’Education</span>:<br><span style='color:red;'>Les messages de Djerad de Tindouf </span>

Les zones d’ombre, l’industrie, l’Education:
Les messages de Djerad de Tindouf 

La wilaya de Tindouf est bien indiquée pour apprécier l’ampleur du phénomène des zones d’ombre, étant donné qu’elle figure parmi les wilayas les plus déshéritées du pays. L’on retiendra que Tindouf est concernée par 48 opérations de développement, inscrites au profit de différents secteurs, dont 25 ont été financées et 60% destinées au secteur des Ressources en eau.

A partir de la Wilaya de Tindouf où il se trouvait, hier, dans le cadre d’une visite de d’inspection et de travail, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a rassuré sur la capacité de l’Etat à mener à son terme l’ambitieux programme de développement des zones d’ombre. M.Djerad a, à ce propos, déclaré que «tous les moyens sont disponibles pour la prise en charge des zones d’ombre à travers le pays». Une affirmation qui vient confirmer une volonté politique exprimée par le chef de l’Etat quant à l’éradication des déséquilibres qui existent en matière de développement. «Nous devons être conscients que les populations dans les zones d’ombre vivent dans des conditions difficiles, en l’absence des routes et des moyens de transport et autres. Il est de notre devoir, conformément aux consignes du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de les prendre en charge», a indiqué le Premier ministre.
Pour ce qui concerne la réalisation effective des projets lancés aux quatre coins du pays, M.Djerad a souligné le caractère prioritaire de ces chantiers et souligné la coordination permanente entre ses services et le ministère de l’Intérieur, histoire de se tenir informé de l’état d’avancement de la prise en charge des zones d’ombre à travers le territoire national. «Le citoyen doit sentir que l’Etat lui appartient. Ces zones vont changer pour devenir des zones de lumières», a insisté le Premier ministre, interpellant dans la foulée, les responsables locaux, en particulier les walis, à donner la priorité aux zones nécessitant le développement. «Nous attendons beaucoup des responsables, notamment des walis, en vue de prendre en charge les zones d’ombre», a-t-il indiqué.
Cela étant dit, la wilaya de Tindouf est, à ce propos, bien indiquée pour apprécier l’ampleur du phénomène des zones d’ombre, étant donné qu’elle figure parmi les wilayas les plus déshéritées du pays. L’on retiendra que Tindouf est concernée par 48 opérations de développement, inscrites au profit de différents secteurs, dont 25 ont été financées et 60% destinées au secteur des Ressources en eau.
Tindouf, ce n’est pas seulement ses zones d’ombre, puisque le Premier ministre a inspecté un projet de réalisation d’un groupe d’entrepôts frigorifiques. Un élément stratégique dans la chaîne agroalimentaire. Sur place, M.Djerad a réitéré la détermination du gouvernement à promouvoir l’investissement et à consolider l’industrie manufacturière. «Nous œuvrerons à l’accompagnement de ce groupe qui contribuera à l’appui de la stratégie de l’Etat visant la régulation des produits agricoles, l’encouragement des paysans et la consolidation des capacités de stockage», a-t-il indiqué. Plus que cela, le Premier ministre a révélé que les autorités s’engagent également à ériger la wilaya en région agricole, au vu des richesses abondantes que recèle le Sahara, ajoute le Premier ministre.
Se trouvant dans une région aride, dont l’eau est un élément précieux, Abdelaziz Djerad qui a pris connaissance de l’état d’avancement d’un projet de pompage d’eau douce et a lourdement insisté sur «l’importance d’accélérer le rythme de réalisation des travaux pour parachever le projet, en prévision de sa réception dans les plus brefs délais». Au terme de ce chantier appelé à durer 24 mois pour un financement de 760 millions de dinars, pour la réalisation de deux réservoirs d’une capacité de 10.000 m3 chacun, d’une station de pompage et d’un réseau de distribution d’une longueur de 4,9 km et d’un diamètre de 400 mm, selon la fiche technique du projet.
Parmi les nombreux sujets abordés par le Premier ministre, celui de la dotation aux élèves du pays d’une tablette électronique. Sur ce thème, Abdelaziz Djerad a indiqué que le gouvernement entendait lancer «la généralisation de la tablette électronique à travers tout le territoire national, afin de réduire l’utilisation des manuels et d’alléger le poids du cartable, d’autant que les élèves maîtrisent désormais les TIC». Le Premier ministre a fait cette déclaration lors de l’inspection de deux lycées.
Notons que M.Djerad était accompagné d’une délégation ministérielle composée des ministres de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beljoud, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri, de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hamdane, de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout et des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi.
Nadera Belkacemi