lundi , 18 janvier 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Baccalauréat </span>:<br><span style='color:red;'>Les nouvelles dates soumises au gouvernement</span>
© Illustration

Baccalauréat :
Les nouvelles dates soumises au gouvernement

L’ avis «majoritaire» de reporter la date d’examen du baccalauréat à la période comprise du 19 au 24 juin prochain, «sera soumis cette semaine au Premier ministre et au Gouvernement», a déclaré la ministre de l’Education nationale sur les ondes de la Radio nationale.

La ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit, qui s’est exprimée hier sur plusieurs dossiers ayant ébranlé son secteur, a annoncé le report des examens du baccalauréat.
Intervenant hier sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, la ministre a affirmé que les épreuves du BAC se dérouleront du 19 au 24 juin et non à partir du 3 du même mois comme cela était prévu initialement.
Le nouveau calendrier a été arrêté suite à la tenue de la consultation avec les élèves et leurs parents qui ont opté pour le 19 juin comme date du début des épreuves. L’avis de report des examens du BAC sera soumis cette semaine au Premier ministre et au gouvernement.
«Le résultat franc et massif de cette consultation a été celui des élèves, suivis de très près par les inspecteurs puis par les proviseurs de lycées et enfin par les enseignants» a-t-elle affirmé, en rappelant que seuls 7% des établissements scolaires ont été touchés par la grève à travers le territoire national.
Questionnée de savoir si les candidats allaient passer cette session du Bac dans les meilleures conditions pédagogiques, après les perturbations causées par la grève des enseignants, à Blida et à Béjaïa en particulier, Mme Benghebrit a répondu par l’affirmative.
Confirmant ces perturbations, elle signale qu’un large travail d’adaptation et de régulation a été entrepris pour rattraper un retard qu’elle a estimé à une cinquantaine de jours pour les wilayas de Blida et Béjaïa et à une vingtaine de jours pour les autres régions du pays.
Elle explique que durant cette interruption des cours, un certain nombre de contractuels avaient été recrutés lesquels, dit-elle, ont permis d’assurer la relève des enseignants déficients en assurant une «continuité des apprentissages». Exprimant son désir de construire une «école de qualité», la ministre considère que tous les éléments penchant vers cette perspective, sont désormais réunis, citant notamment l’élaboration d’un référentiel national d’évaluation. Elle tient, d’autre part, à souligner que «quelles que soient les obédiences politiques ou idéologies; il s’agit, aujourd’hui, de défendre un enseignement «public, gratuit et de qualité» en insistant sur le «point fondamental» de l’algérianité résultant des composantes que sont «l’islamité, l’arabité et l’amazighité» du projet de refonte du baccalauréat dont elle précise que la nouvelle mouture sera présentée aux partenaires sociaux avant sa présentation en Conseil de gouvernement, elle annonce qu’elle entrera en application à partir de 2021. Comme ce qui se fait ailleurs dans le monde, le nouveau baccalauréat poursuit-elle, prendra en compte la réduction des programmes avec une spécialisation et un recentrage autour des matières essentielles. Du nombre de candidats au Bac pour 2018, lesquels dit-elle vont porter sur les seuls cours dispensés, la ministre avance enfin, le chiffre de 709.000 suivis de 797.812 autres pour l’examen de 5ème et de 599. 580 pour celui de l’examen du brevet.
Alger: Samir Hamiche