jeudi , 29 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>RENTRÉE SCOLAIRE</span>:<br><span style='color:red;'>Les propositions de la tutelle et des partenaires sociaux</span>

RENTRÉE SCOLAIRE:
Les propositions de la tutelle et des partenaires sociaux

Le ministère de l’Éducation nationale étudie les propositions à propos des modalités adéquates qui permettent d’organiser une rentrée scolaire dans les meilleures conditions possibles.

Alors que la date officielle de la rentrée scolaire n’est pas encore fixée d’une manière définitive à cause de la persistance de la pandémie du coronavirus en dépit de la décrue des contaminations enregistrée ces derniers jours, la tutelle se concerte avec les partenaires sociaux afin d’étudier toutes les propositions.
Dans cette optique, le ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Adjaout, a organisé hier une réunion de concertation au sein du siège du département ministériel avec les représentants des syndicats et partenaires sociaux pour étudier les différentes propositions concernant les dispositions optimales de la prochaine rentrée scolaire.
M. Adjaout a indiqué au cours de cette rencontre que le ministère a étudié toutes les hypothèses et propositions pour assurer une meilleure rentrée scolaire. Il a précisé, toutefois, qu’aucune décision définitive n’est prise pour l’instant. Dans ce cadre, il a expliqué que son département ministériel a préféré l’ouverture d’un débat ainsi que de la concertation avec les différents partenaires pour, ensuite, proposer au gouvernement une décision finale. « Cette rencontre spéciale qui me réunit avec vous est programmée pour connaître vos avis et suggestions », a déclaré M. Adjaout.
Le ministre de l’Éducation nationale a souligné que « cette importante date sociale (rentrée scolaire) intervient après une pause qui a duré des mois, un arrêt des cours qui a été décidé afin de préserver la sécurité de nos enfants à travers le pays », a-til indiqué. Pour ce qui est des propositions du ministère à propos des dispositions exceptionnelles de la prochaine rentrée scolaire qui « visent à préserver l’intérêt des élèves et des enseignants », M. Adjaout a affirmé que son département a pris en considération les spécificités de chaque cycle de l’Education nationale et celles de chaque établissement scolaire s’agissant notamment du nombre d’élèves scolarisés.
Le ministère propose ainsi de diviser les élèves en groupes où chaque groupe sera composé de 20 élèves seulement. Il propose aussi d’éviter au maximum la réunion d’un grand nombre d’élèves au sein des établissements scolaires. Le département de l’Education propose également une meilleure gestion des horaires pour dispenser les programmes essentiels (des séances de cours de 45 minutes).
M. Adjaout a évoqué la possibilité de programmer les cours scolaires durant six jours, et ce, de samedi à jeudi pour les élèves des cycles moyen et secondaire. Le ministre a proposé aussi d’utiliser toutes les salles disponibles à l’intérieur des établissements scolaires pour recevoir les élèves en recourant même, en plus des salles, aux laboratoires, aux ateliers, aux bibliothèques et aux amphithéâtres pour le cycle secondaire, tout en insistant sur le développement de l’enseignement à distance.
De leurs côtés, les syndicats et partenaires sociaux ont fait part d’un ensemble de propositions pour organiser une rentrée scolaire qui se tiendra dans des conditions optimales. Ils sont notamment favorables à la suppression des matières non essentielles (secondaires) et la réduction du volume horaire jusqu’à ce que la pandémie du coronavirus soit endiguée pour ensuite revenir aux programmes ordinaires des années précédentes.
Les syndicalistes ont également appelé à éviter de prendre des décisions différentes d’une région du pays à une autre, plaidant pour une solution globale, la même qui sera appliquée dans chaque wilaya.
Samir Hamiche

Les principes généraux des plans exceptionnels de l’Education nationale

Les projets de plans exceptionnels, élaborés par l’Education nationale, pour l’organisation de la rentrée scolaire 2020-2021, comprennent une série de principes généraux, à savoir :
1- Préserver la santé et l’intégrité des élèves et du personnel en se conformant au protocole sanitaire préventif élaboré par la tutelle et validé par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, notamment la distanciation physique (1 mètre au minimum), le travail avec des groupes réduits d’élèves avec le port obligatoire du masque aussi bien pour les élèves que pour les enseignants et le personnel administratif.
2- Adopter le découpage pédagogique, en ce sens où chaque groupe pédagogique pourrait être divisé en sous-groupes ne dépassant pas 20 élèves, ou être maintenu si le nombre d’élèves est égal ou inférieur à 23 apprenants, comme c’est le cas pour les classes de mathématiques, de maths-techniques ou de langues étrangères.
3- Alterner les sous groupes pédagogiques.
4- Eviter le regroupement d’un nombre important d’élèves lors de l’accueil et des récréations.
5- Assurer un volume horaire suffisant pour instaurer les ressources nécessaires à l’installation des compétences tracées dans les curricula de chaque niveau d’enseignement, avec la possibilité d’exploiter, par exemple, 6 jours par semaine (de samedi à jeudi) pour les cycles moyen et secondaire.
6- Adapter les contenus des programmes des matières d’enseignement en se concentrant sur les apprentissages fondamentaux de chaque discipline en fonction du volume horaire réservé, dans la mesure où il est possible de réduire l’heure de la séance, au collège et au lycée, à 45 minutes.
7- Exploiter tous les locaux disponibles y compris les laboratoires, les amphithéâtres, la bibliothèque et les ateliers (dans le secondaire).
8- Développer l’enseignement et l’apprentissage à distance afin de couvrir l’ensemble des apprentissages et niveaux d’enseignement.