samedi , 11 juillet 2020

Les recettes communales enregistrent une amélioration

Les engagements et les mesures prises par l’exécutif communal conduit par le maire, M Norreddine Boukhatem, en matière de revalorisation tarifaire et de rentabilisation du patrimoine communal, semble aujourd’hui porter leur fruits et générer peu à peu une hausse des recettes, certes encore légères, mais significative et porteuses d’optimisme pour l’amélioration des ressources propres de la municipalité. On se souvient que ces opérations de réévaluation à la hausse des loyers, droits et taxes communales dans différents créneaux et l’instauration de nouveaux droits de perception, notamment sur l’occupation des surfaces pour la vente des billets de tramway, les fêtes et cérémonies dans les salles privées, la circulation des camions sur le tissu urbain, les plaques d’affichage hors immeubles des médecins, ou encore les prestations de désinfection et de dératisation, sont autant de «défis» qui devaient être engagés et remportés eu égard aux nombreuses contraintes de tout ordre qui depuis plusieurs décennies, pénalisent le bon fonctionnement de l’administration communale. Nul n’ignore en effet, à quel point la Mairie d’Oran a été cruellement victime de l’ancien système global de gouvernance qui ne fonctionnait qu’au registre du laxisme, de l’anarchie et de la prédation à tous les échelons. Depuis l’indépendance, la politique de recrutement et de gestion des ressources humaines ne reposaient sur aucun critère de management rigoureux, ce qui devait fatalement conduire aux surcharges d’effectifs. Chaque élu désigné aux commandes d’un service municipal, s’empressait d’embaucher ses proches et les membres de son clan. Il fut un temps, dans les années 90 où certains guignols percevaient un salaire communal sans même jamais mettre les pieds dans l’enceinte municipale. C’est dire combien les efforts actuels d’assainissement et d’amélioration de l’état des lieux, devraient être soulignés et soutenus, voire applaudis par tous les administrés; observateurs et témoins de l’Histoire de la grande Mairie oranaise. Les recettes communales enregistrent une amélioration. Malgré les grandes réticences au changement, malgré les pièges et les embûches malsaines entretenues par quelques acteurs animés par la convoitise et la frustration, malgré les lourdeurs d’une bureaucratie toujours dominante, malgré des mentalités et des comportements dignes d’un atavisme moyenâgeux, il faut bien reconnaître que la Mairie d’Oran avance, même à petit pas, vers le progrès et le changement.
Par S.Benali