lundi , 28 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Théâtre régional d’Oran</span>:<br><span style='color:red;'>Les sons du monde à El Bahia ce dimanche</span>

Théâtre régional d’Oran:
Les sons du monde à El Bahia ce dimanche

Sofiane Saidi fait souffler un vent nouveau sur la musique maghrébine. Il arrive des profondeurs du Raï, très précisément de Sidi Bel Abbes ou encore du fief du raï aux guitares saturées. Il débarque avec Mazalda, un groupe de six musiciens, pour faire danser et vibrer en mêlant les sons d’aujourd’hui aux ondes mystiques du Nord de l’Afrique. Cette troupe se produira ce dimanche dans le théâtre Régional Abdelkader Alloula d’Oran.

L’organisation, revient à l’Institut français, ex-centre culturel français. Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté. Le Nouvo Nova présente les coups de cœurs de la programmation, afin de ne rien rater des dernières trouvailles qui ont titillé l’oreille. Aujourd’hui, «La classe Fi Las Vegas» de Sofiane Saidi et Mazalda, à l’occasion de la parution du coffret Nova autour du monde, une exploration des métissages musicaux actuels, ceux qui agitent la planète d’un tropique à l’autre. Ce tour du monde en 80 titres, puisés dans les discothèques des cinq Continents, dresse la carte d’une pop globale et sans frontières.
Les tendances d’aujourd’hui s’inspirent des traditions d’hier, d’ici et d’ailleurs, à l’image du grand mix de Radio Nova. On y rencontre par exemple, du rap vietnamien, de la house sud-africaine, de la cumbia japonaise, ou encore de la soul finlandaise, parmi d’autres trouvailles. «Le raï 2.0 de Sofiane Saidi et Mazalda dans Plus Près De Toi». En l’honneur de cette compilation, le duo présente chaque jour un extrait et ce, pendant une semaine, à commencer par le raï funky de Sofiane Saïdi et son groupe Mazalda.
Décrit parfois comme un «rescapé du raï», Sofiane Saïdi est la représentation parfaite de la musique que Nova souhaite défendre, du groove métissé, à la fois contemporain et intemporel. Né en Algérie, le musicien s’est retrouvé en France puis partout en Europe, récoltant l’inspiration partout où il va, pour créer cette musique si syncrétique et si forte: du funk chanté en arabe et des synthés qui jouent pour de vrai. Sur son dernier album El Ndjoum, paru l’année dernière, Saïdi et son backing band lyonnais Mazalda, nous emmenaient d’Oran jusqu’à Las Vegas avec ce titre imparable: «La classe fi Las Vegas», qu’ils ont d’ailleurs joué, dans la verrière, lors d’une session live mémorable. Il était une fois Mazalda, un collectif de musiciens bigrement excitants, amoureux des musiques traditionnelles du monde (Huayno, Chaabi …) et adeptes des musiques hybrides débridées.
Passionnés par les productions inspirées de Rachid Baba Ahmed, ils explorent le raï à leur façon. Enivrés par le chant viscéral du chanteur originaire de Sidi Bel Abbès, Sofiane Saidi, ils l’invitent à venir se frotter à leur curiosité artistique. Ce dernier, séduit par leur son psyché cosmique nourri au raï du désert, pressent que leurs urgences respectives peuvent se rejoindre. Au fil des semaines, la rencontre débouche sur un désir d’union. Le travail du répertoire se fait de manière collégiale. Les musiciens apportent les compositions et Sofiane Saidi, des textes nouveaux.
Mohamed Aissaoui