lundi , 18 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Adrar </span>:<br><span style='color:red;'>L’importance des méthodes d’interprétation du saint Coran dans les écoles coraniques et zaouïas soulignées</span>
© Illustration

Adrar :
L’importance des méthodes d’interprétation du saint Coran dans les écoles coraniques et zaouïas soulignées

Les participants à un colloque organisé dimanche  à Adrar, à l’occasion du 16ème anniversaire de la mort de Cheikh Sidi  Mohamed Belkebir, ont appelé à dynamiser les méthodes d’exégèse (Tafsir) du  saint Coran dans les lieux de culte, les écoles coraniques et les zaouïas.

Les intervenants, des Choyoukh, hommes de culte, imams et universitaires,  ont plaidé pour la consultation des méthodes d’interprétation du saint  coran adoptées par le défunt cheikh Sidi Mohamed Belkebir dans son école  coranique et les ressources dont il s’inspirait dans l’interprétation du  saint Coran au profit des apprenants et des disciples de cette école.
Ils ont également évoqué une série de thèmes ayant trait aux défis  d’interprétation du saint Coran à partir des méthodes et règles à respecter  pour atteindre des méthodes acceptables, au rôle du Tafsir dans l’ancrage  de la foi et de l’immunisation de la pensée et la lutte contre les idées  intruses visant occulter la Sunna (conduite du prophète QSSSL) et son  influence sur la juste compréhension du saint Coran.
Les conférenciers ont estimé que «la juste compréhension du texte  coranique repose sur plusieurs critères, dont les raisons et le contexte de  révélation de ses versets, les conditions et conjoncture ayant accompagné  l’énonciation des versets ainsi que les hadiths (paroles du prophète  Mohamed QSSL) pour expliciter le texte coranique. Ils ont appelé également à faire face aux tendances qualifiant le saint  coran de «simples paroles et tentant d’interpréter à leur convenance le  Coran, au lieu de se conformer à sa sacralité en tant que message divin  cumulant rhétorique, lois et miracles linguistiques et scientifiques».
La wilaya d’Adrar vit au rythme des veillées et soirées cultuelles pour la  commémoration du 16ème anniversaire de la mort de Cheikh Sidi Mohamed  Belkebir (1911-2000), à la faveur d’un programme commémoratif qui prévoit  des lectures du Saint Coran, des Madih (panégyriques) et rencontres  cultuelles et culturelles. Des milliers de visiteurs et adeptes de cette école coranique, issus de  différentes régions du pays et de l’étranger, ont afflué à Adrar pour  assister aux cérémonies commémoratives et se recueillir à la mémoire du  défunt cheikh Sidi Mohamed Belkebir.