jeudi , 1 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Saïd Bouteflika, Mediene et Tartag condamnés à 15 ans de prison ferme</span>:<br><span style='color:red;'>Louisa Hanoune libérée</span>

Saïd Bouteflika, Mediene et Tartag condamnés à 15 ans de prison ferme:
Louisa Hanoune libérée

La présidente du Parti des Travailleurs Louisa Hanoune a été libérée lundi soir à l’issue du procès en appel qui s’est déroulé au tribunal militaire de Blida, a-t-on constaté.

La Cour d’appel militaire de Blida a confirmé lundi soir le jugement en première instance en condamnant Saïd Bouteflika, Mohamed Mediene et Athman Tartag à 15 ans de prison ferme, tandis que Louisa Hanoune a été condamnée à trois ans de prison dont neuf mois ferme dans le cadre de l’affaire d’«atteinte à l’autorité militaire» et de «complot contre l’autorité de l’Etat», a indiqué à l’APS un des avocats de la défense, Me Seddik Mouhous.
Louisa Hanoune «quittera la prison après avoir purgé sa peine de neuf mois de prison ferme», a ajouté la même source. Le juge d’audience a prononcé le verdict au terme du procès en appel, en confirmant le jugement précédent de 15 ans de prison ferme à l’encontre de Saïd Bouteflika, Mohamed Mediene et Athman Tartag, et trois ans de prison dont neuf mois ferme contre Louisa Hanoune pour «non dénonciation d’une réunion suspecte, tandis que les charges d’atteinte à l’autorité militaire et de complot contre l’autorité de l’Etat», retenues contre elle ont été abandonnées, a déclaré l’avocat. Il a indiqué également qu’avant la levée de l’audience, «l’affaire de Hanoune a été débattue en chambre de conseil car étant une affaire criminelle». La majorité des membres de la chambre se sont prononcés «contre les charges d’atteinte à l’autorité militaire et de complot contre l’autorité de l’Etat, et pour l’inculpation de non dénonciation d’une réunion suspecte». Pour ce qui est de la question «pourra-t-elle bénéficier d’une modification ou d’une annulation du jugement», la majorité a répondu «oui». L’avocat a précisé également que l’accusée «a purgé sa peine de neuf mois de prison ferme et sera immédiatement libérée».